Etape 13 - Vol autour de Baddeck

vendredi 16 juillet 2010
par  Céline
popularité : 59%

  • Etape 13 – à partir de Margaree. 7 juillet - Vol autour de Baddeck. 2h45 - 267 km. Soleil voilé, la lumière est diaphane.

Vol mythique. Déjà l’année dernière, je voulais venir voler à Baddeck, là où avait eu lieu le premier vol officiel au Canada il y a un siècle. En effet, il y en avait eu quelques autres d’essais avant, mais celui-là avait eu lieu devant des centaines de personnes, on ne pouvait donc plus ignorer que le Canada avait réussi à conquérir cette nouvelle dimension, celle de faire voler plus lourd que l’air.


Angela m’y avait conduite en voiture, nous avions visité le musée Bell et j’avais mémorisé un certain nombre de choses. Notamment ce premier vol avait eu lieu un 23 février et la piste de décollage et d’atterrissage était un bras du lac Bras d’Or gelé, proche de la maison de la famille Bell. Je crois vous avoir déjà écrit que l’ile du Cap breton est un fouillis innommable d’iles, presqu’iles, isthmes, chenaux, manches, mais qui ont tous la même caractéristiques, c’est l’orientation SW-NE. Au point qu’on peut se demander combien d’iles forment l’Ile…

Bien sûr, le survol de la piste aéroportuaire de Baddeck s’imposait. La déception est massive. Je savais déjà que c’était une piste payante, de surcroit en graviers, deux raison pour que je ne m’y arrête pas complètement puisqu’au Canada, nous ne sommes pas autorisés à atterrir moteur coupé même sur une piste ! mon hélice en carbone aurait tous les risques de ne pas y résister…. Donc, je fais l’impasse. Je ne la visite que d’en haut. Pas un aéronef, personne. Une désolation.


Et puis, je sais qu’une petite piste privée en dur se trouve au pied de ce lieu historique, le vrai ! D’autant plus facilement que la piste de Baddeck, se trouve quand même à quelques 10km du Bras d’Or. La maison de la famille Bell, l’inventeur du téléphone et le promoteur du premier vol se trouve à quelques km en suivant le Bras d’Or. On peut comprendre que les premiers essais en vol aient eu lieu à cet endroit et de surcroit l’hiver. C’est donc à Big Harbour, que nous atterrissons. Les cotes sont en gypse, elles sont magnifiquement découpées, et boisées. Accueil chaleureux. Ce ne sont pas les propriétaires qui arrivent mais les personnes chargées de préparer la venue en vacances de la famille originaire du Québec.



Il faut dire que l’ile est une destination de vacances estivales pour une grande majorité de sa population. L’ile séduit par sa beauté et la variété de ses paysages et ceux qui succombent font un long voyage pour y venir chaque année. Angela habite Montréal, il lui faut plus de 15h de voiture pour faire les 1500 km. La encore, on comprend que les voyages aériens soient développés aussi.

Mais la différence avec la France, c’est une population canadienne 2 fois moins importante pour une surface 20 fois plus grande et beaucoup de ses espaces sont inhabitables. La saison touristique au Cap Breton, ce n’est pas du même type que les bouchons parisiens en province ; pour le moment, c’est plutôt comparable à la Bretagne l’hiver ! alors, j’imagine ce que peut être le Cap Breton en hiver… la différence, c’est la neige qui peut être redoutable ici.

L’ile du Cap Breton, dans sa partie sud-est est immense et se présente comme une succession d’étendues d’eau plus ou moins douces. Je survole donc les très grands lacs Ainslie et Bras d’Or d’où émergent des montagnes qui s’estompent un peu vers le sud. Les paysages sont magnifiques, et suivant les indications de Slawa, je découvre d’en haut des réserves indiennes, ce sont des territoires donnés aux Amérindiens et qu’ils administrent à leur guise, selon leur philosophie de la vie.


Le gypse affleure partout, je le vois surtout sous la forme de falaises ou sous celle de sites d’extraction. Ce sont des verrues blanches dans la forêt, mais économiquement, c’est très important pour le Canada.

Le voyage est aussi le prétexte à faire des photos des lieux importants pour les amis de Margaree.

Step 13 - from Margaree. July 7 - Flight around Baddeck. 2:45 - 267 km. Veiled sun, the light is translucent.

Vol mythical. Already last year, I wanted to come flying at Baddeck, where were held the first official flight to Canada a century ago. Indeed, there were a few other tests before, but this one took place in front of hundreds of people, we could no longer ignore the fact that Canada had managed to conquer this new dimension, to fly more heavier than air.

Angela had me driving a car, we visited the museum Bell and I had memorized a number of things. Especially that first flight took place on February 23 and a runway and landing was an arm of the frozen Bras d’Or, near the Bell family home. I think you have already written that the island of Cape Breton is an unspeakable mess of islands, peninsulas, isthmus, channels, rounds, but all have the same characteristics, is the direction SW-NE. At the point we can wonder how many islands make up the island ...

Of course, flying over the airport runway Baddeck needed. Disappointment is massive. I knew it was a trail fee, in addition to gravel, two reason why I did not stop completely because in Canada we’re not allowed to land even engine off on a runway ! my propeller carbon would all risks of not resist .... So, I stalled. I do not visit the top. Not an aircraft, person. A desolation.

And I know that a small private airstrip in hard at the foot of the historic site, true ! Even more readily than the track of Baddeck, is still just 10 km from Bras d’Or. The family home Bell, telephone inventor and developer of the first flight is a few kilometers along the Bras d’Or. It is understandable that the first flight test took place there and in addition the winter. So Big Harbour, as we land. Quotes are gypsum, they are beautifully cut and forested. Warm welcome. These are not the owners who arrive but those responsible for preparing the arrival of the family on vacation from Quebec.

It must be said that the island is a summer vacation destination for a vast majority of its population. The island seduced by its beauty and variety of its landscapes and those who die are a long journey to come here every year. Angela lives in Montreal, he will need more than 15 hours of car for the 1500 km. Again, we understand that air travel is also developed.

But the difference with France is a Canadian public two times less important for an area 20 times larger and many of its spaces are uninhabitable. The tourist season in Cape Breton, this is not the same type that plugs into Parisian province for the moment is rather similar to the British winter ! so, I imagine what might be the Cape Breton in the winter ... the difference is the snow can be dangerous here.

The island of Cape Breton in the south-east is huge and is presented as a succession of bodies of water more or less sweet. I fly therefore very large lakes Ainslie and Bras d’Or which emerge from the mountains that fade a little towards the south. The scenery is magnificent, and under the guidance of Slawa, I discovered from above Indian Reserves are areas provided for Native Americans and they administer at their discretion, according to their philosophy of life.

Gypsum outcrops everywhere, I see mostly in the form of cliffs or in the extraction sites. The warts are white in the forest, but economically, it is very important for Canada.

The journey is an excuse to take photos of important places for friends of Margaree.


Commentaires

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 20h08 - par  Sylviane

22 juillet 2010, venant de 85.103.88.79.rev.sfr.net
Bonjour Odile, Je suis rentrée chez moi et j’ai pris connaissance de tes trois derniers articles d’un coup, car je n’ai pas eu de connexion depuis quelques jours. Je suis rentrée un peu frustrée de n’avoir pas pu survoler la côte bretonne et normande, en raison d’une météo qui nous a bloqués quatre jours en Vendée. Je n’ai qu’une hâte, c’est de repartir, mais je suis très fatiguée, et je dois récupérer ( je dors très peu et ne parviens jamais à faire la sieste !!! ) Je reprends des forces et je remonte sur ma machine ! Je suis tes traces spot, et je rêve en lisant tes textes et en regardant tes photos ! quelles températures as-tu en général au sol ? j’ai toujours , en regardant tes photos, une impression de fraîcheur !!! je fais peut-être erreur !

Bon vol, bon rêve bisous Sylviane

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 20h07 - par  odile

19 juillet 2010, par odile
j’aime bien ce que tu dis Dominique, surtout quand tu mets Céline en valeur... mais je ne dis pas assez que derrière Céline, c’est toi qui es dans l’ombre, toi qui lui apprends, toi qui dépannes, toi qui fourmilles quand on a besoin de quelque chose, je suis sans autre assistance que celle qu’on m’offre sur place, certes, mais tu fais l’équipe technique au port presque à toi tout seul. alors je pense que je dois remettre la vérité en place en passant et saluer la modestie qui t’honore.

moi aussi je te fais des gros bisous pour tout ça

Logo de 18 juillet 2010, par Dominique
mercredi 4 avril 2012 à 20h07 - par  18 juillet 2010, par Dominique

18 juillet 2010, par Dominique
C’est très beau ce que vous dites, venant de toi Odile cela ne m’étonne pas. Tu offres du rêve et cela fait un bien fou. Tu permets de croire à une vie meilleure. Si tes voyages pouvaient faire le même effet à tous qu’il ne le fait à Diane, ce serait formidable. Ils permettent de se poser les questions différemment. De voir le bout de la lorgnette avec une force de vainqueur, ou du moins une envie de se battre. Chapeau bas jeune fille et je m’incline bien évidement devant Charlie et la très courageuse Céline. Très gros bisous championne.

Logo de diane
mercredi 4 avril 2012 à 20h06 - par  diane

18 juillet 2010, par diane
Je lis ton Odyssée qui me parle souvent à un autre niveau. J’ai aussi dû atterrir pour prendre une carte mémoire vierge dans le fond de mon âme afin d’y graver de nouveaux moments présents. C’est probablement à cause de quelqu’une comme toi qui voulant demeurer compatible avec sa philosophie a choisi de dire NON sans s’aliéner. L’aventure de ma vie se poursuit et je fais aussi des demandes plus claires. Vous formez Charlie et toi un couple qui se renouvèle constamment. Nous nous sommes perdus G et moi dans la routine d’une vie. Brume si épaisse et persistante qu’on ne se voyait plus ni l’un ni l’autre. Le beau temps se pointe maintenant. Je resterai vigilante cette fois-ci ! J’espère juste que ce soit aussi son choix. Et oui merci de me le rappeler, il est aussi possible de faire renaitre le désir. Nous en sommes là et on compte avec toi. Bon vent et beau temps. diane

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 20h06 - par  odile

18 juillet 2010, par odile
c’est exactement la raison pour laquelle j’ai envie de partager ce voyage et que Céline m’aide, chapeau bas ma fille... rêver avec moi, avoir envie de connaître la différence, oser regarder derrière la colline, imaginer ce qui peut exister même si on ne peut pas faire, faire naitre le désir, donner ce que certains ne peuvent pas conquérir maintenant...

et puis, si vous voulez, moi, je veux bien voyager pour vous, vous raconter, vous envoyer des photos ; je crois que je pourrais faire cela tout le temps si je n’avais pas mon tavail pour encore quelques années... mais je peux changer de métier et ne faire que voyager aussi, voyager pour tous ceux qui ne peuvent pas le faire, pour vous qui ne pouvez pas partir en vacances cette année, mais aussi pour toi Jack, à vie au fond de ton lit d’hopital à Dijon et personne pour te dire que je pense à toi, pour tous ceux pas encore assez grands, pour tous ceux qui ne peuvent pas tout simplement...

alors merci de compter avec moi

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 20h06 - par  odile

16 juillet 2010, venant de LMontsouris-156-25-43-208.w80-13.abo.wanadoo.fr
Cette année je ne part pas en vacances mais avec toutes ces photos, je voyage. Merci Odile.

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
186403 depuis le début
152 visiteurs actuellement connectés