Etape 15 - Vol au sud de l’ile du Cap Breton

mercredi 21 juillet 2010
par  Céline
popularité : 100%

  • Etape 15 – autour de Margaree NS – vol au sud de l’ile du Cap Breton – 589 km – 6h

Une fenêtre de vol semble se dessiner entre deux périodes de pluie, j’en profite. Destination : explorer la cote sud.


Quand je suis enfin prête à partir les cumulus semblent méchants, une belle base grise me fait penser que les conditions de vol vont être difficiles. Pourtant, la nuit n’a pas été fraîche. En fait, je pense essayer et me reposer aussi vite. Mais non, tout est correct, tranquille. Je traverse donc une série de rues de nuages en me dirigeant vers le lac Bras d’Or pour traverser ses bras au plus court et au moins large, car certains endroits présentent plusieurs km de traversée. De loin, je distingue assez vite des nappes de brouillard importantes, la cote Est, et plusieurs bras du Bras d’Or. Mais j’avance quand même, je verrai bien le moment venu où en sera la disparition des nuages.

J’ai la surprise de voir le premier aéronef en vol depuis plusieurs jours : un hélicoptère qui se dirige vers Sydney. D’ailleurs, c’est simple, la radio n’émet rien, sauf parfois des approches vers Halifax, à plusieurs centaines de km.


Quand j’arrive vers la zone où je dois traverser deux bras successivement et où je n’aurai que des iles sous moi, la couverture de brouillard semble totale. Je monte pour voir l’ampleur du phénomène. Et comme il me semble que le nuage n’a que l’épaisseur du bras d’eau, je le longe un peu et quand je pense avoir de la terre sous le nuage, je suis assez haut pour prendre le risque de traverser en sécurité. Quelques minutes plus tard, c’est gagné. Le rivage est magnifique sous un soleil éclatant. Je découvre la réserve d’Eskasoni où Slawa m’a accompagnée hier. Quelques photos de la maison plume et je repars vers Louisbourg, cette forteresse réputée.


Le soleil m’accompagne jusqu’à la cote sud qui est, elle aussi, perdue sous le brouillard. Je prends le temps d’aller plus loin vers l’Est pour donner au brouillard le temps de se lever. La mer est belle, éclatante, comme lavée. Main-à-Dieu (prononcer mènédieu), cap breton, je vole proche de Sydney sans rentrer dans la zone de contrôle. Mais, si le brouillard se lève peu à peu, il me ravit toujours la vue de la forteresse, la cote se dérobe. Une partie de la carte n’existe pas, au point que je me questionne sur une éventuelle erreur de navigation. Je tourne et retourne, et puis j’abandonne. Je continue plein ouest vers l’ile Madame, proche de Port Hawkesbury.


Je suis le littoral aussi souvent que je peux et joue avec le brouillard qui vient de l’océan et s’arrête juste au niveau de la cote, m’en ravissant parfois certains tronçons. Ce voile rend la perspective tout à fait magique. Les couleurs n’en sont que plus contrastées, les formes vaporeuses et insolites. C’est fabuleux. Un régal.


Le temps passant, un voile de très haute altitude en provenance de l’ouest vient atténuer la lumière. Et quand j’atteins l’Ile Madame, elle est presque dans l’ombre. Mais je prends le temps d’en faire le tour. C’est une ile où vivent aussi des Acadiens, donc des francophones. Mais je ne vois nulle piste privée. Seulement des lieux d’atterrissage sommaire au cas d’urgence.


Je me pose à Port Hawkesbury pour refueler avant de remonter vers le nord. J’ai le bonheur de retrouver Allan. Il n’est pas surpris, un de ses amis vient de l’appeler au téléphone pour lui dire qu’il a vu quelque chose d’extraordinaire dans le ciel, un engin jamais vu… et Allan lui a demandé de décrire la chose, et lui a répondu que c’était l’avion de la française…


Nous papotons. Il est surpris que je lui dise que la piste de Baddeck soit désertée et que le bâtiment au chapeau de Napoléon soit dévasté. Il me suggère que peut-être, il n’est pas fini de construire. A voir. Un Acadien, Raynald, et une toute jeune femme se trouvent là également, ils parlent un français parfait sans presqu’aucun accent, un peu comme Gilles à Pleasant Bay, alors qu’à la caisse du supermarché de Chéticamp, je n’avais pas compris. Les ancêtres de La Rochelle, la déportation ou l’abdication, l’histoire, les racines restent fortes dans chaque lieu. C’est ainsi qu’hier nous avons traversé un village écossais. Toutes les pancartes étaient rédigées en anglais et en gaëlique. Un village était même reconstitué à l’ancienne.


Et puis c’est à nouveau un départ chaleureux, et le retour vers Margaree. Le soleil s’est dérobé complètement. La mer est grise et tranquille et si je reconnais les cotes, elles me semblent différentes du seul fait de la lumière.


Je passe à la plage là où la veille nous étions allées voir les fossiles d’arbres. D’en haut, on ne peut pas imaginer que des troncs entiers sont imbriqués dans cette roche battue par les eaux de la mer à chaque marée, à chaque tempête. C’est tout proche des plages où le charbon affleure entre Mabou et Inverness. D’ailleurs les mines allaient d’une ville à l’autre par des voies souterraines qui passaient plusieurs km sous la mer.


La vallée de la rivière Margaree est tranquille ce soir, j’en profite pour suivre son cours et voir les pêcheurs répartis le long de ses méandres.

Step 15 - around Margaree NS - flight south of Cape Breton Island - 589 km - 6h

A window of flight seems to be emerging between two periods of rain, I benefit. Destination : exploring the south coast.

When I am finally ready to leave the cumulus seem wicked, a beautiful grey base makes me think that the flight conditions will be difficult. Yet the night was not cool. In fact, I think and try to rest as quickly. But no, everything is correct, quiet. So I go through a series of cloud streets in my way to the Bras d’Or to cross his arms shorter and narrower, because some locations are several kilometers of passage. From afar, I see quite quickly fog important, on the East Coast, and several arms of Bras d’Or Lakes. But still I move, I’ll see when the time comes where will the disappearance of clouds.

I was surprised to see the first aircraft in flight for several days : a helicopter that goes to Sydney. Besides, it’s simple, radio emits nothing, except sometimes approaches to Halifax, several thousand miles ago. When I come to the area where I have to cross both arms successively and where I will only have islands under me, the blanket of fog appears complete. I ride to see the extent of the phenomenon. And as it seems to me that the cloud has the thickness of the arm of water, I along a bit and when I think I have the ground beneath the cloud, I’m high enough to risk crossing safety . A few minutes later, it won. The shore is beautiful bright sunshine. I discovered the Eskasoni Reserve where Slawa accompanied me yesterday. Some pictures of the house looking like feather or wing. And I’ll pen to Louisbourg, the famous fortress. The sun escorts me to the south coast which is also, lost in the fog. I take the time to go farther east to give the fog time to rise. The sea is beautiful, brilliant, as washed. Main-à-Dieu, Cape Breton, I fly close to Sydney without going into the control zone. But if the fog lifts slowly, it always delights me to the fortress, the rating is slipping away. A portion of the card is not much that I wonder about a possible navigation error. I turn and turn, and then I give up. I continue due west to the island Madam, near Port Hawkesbury.

I follow the coast as often as I can and play with the fog that comes from the ocean and stop right at the coast, sometimes ravishing me some stretches. This veil makes the prospect quite magical. The colors are just more varied, and unusual forms vaporous. It’s fabulous. A treat. Over time, a veil of high altitude from westbound just obscures the light. And when I reach the Isle Madame, it is almost in the shadow. But I take the time to go around. It is also an island inhabited by Acadians people, therefore francophones. But I see no private airstrip. Only brief landing sites in case of emergency.

I wonder at Port Hawkesbury to refuel before heading north. I have the happiness to find Allan. He is not surprised because one of his friends just call the phone to say he saw something extraordinary in the sky, never seen a machine ... and Allan asked her to describe it, and he replied that it was the plane of the French lady...

We chat. It surprised me to say that the runway is deserted in Baddeck and the building with Napoleon’s hat to be devastated. He suggested that perhaps it is not finished. Features.

An Acadian, Raynald, and a very young lady are there too, they speak perfect French without accent hardly any, like Gilles in Pleasant Bay, while on the Cheticamp supermarket checkout, I had not understood. The ancestors of La Rochelle, deportation or abdication, history, the roots remain strong in each location. Thus, yesterday we went through a Scottish village. All the signs were written in English and gaëlique. A village was also reconstituted the old.

And it’s starting so warm again, and return to Margaree. The sun was completely hidden. The sea is gray and quiet and if I know shores, they seem different from the mere fact of light.

I go to the beach where we went yesterday to see the fossil trees. From above, we can not imagine that whole trunks are embedded in the rock battered by the waters of the sea at every tide, each storm. It’s near the beach where the coal outcrops between Mabou and Inverness. Besides the mines ranged from one city to another by passing subways several kilometers under the sea

The valley of the Margaree River is quiet tonight, I want to take its course and see the fishermen scattered along its meandering course.


Commentaires

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 19h53 - par  odile

3 août 2010, par odile
coucou Sylviane,

je pense avoir trouvé la raison. Quand je m’arrête, je sors mes mains des mitaines, ben voyons donc ! et comme le spot est installé dans la mitaine, il se retrouve en position verticale sous la barre, c’est peut-être elle qui fait écran au satellite !

on vérifie cela une prochaine fois !

en attendant, j’ai bien pris note du prochain rassemblement des femmes pilotes d’ulm à Abbeville. à voir !

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 19h53 - par  Sylviane

2 août 2010, par Sylviane Chamu
Merci pour les nouvelles rassurantes Bon repos et à bientôt ! Sylviane

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 19h52 - par  odile

2 août 2010, par odile
à tous ceux qui s’inquiètent : je n’ai pas amerri ! j’ai peur des croco, avec le réchauffement, je me méfie !

je suis bien arrivée à Chibougamau et le spot ne semblait pas arrêté comme il l’avait fait en cours de route ! je l’ai éteint normalement une demi-heure après mon arrivée. il va me falloir vérifier en vol, mais les deux lumières étaient synchronisées, donc je ne sais pas quoi faire de plus...

c’est un peu paumé ici, le téléphone ne passe pas non plus, mais j’ai d’autres ressources, ne vous inquiétez pas, je suis les routes dans la brousse. pas de routes, pas de vol !

aujourd’hui je ne volerais pas, je suis tout près d’une dépression orageuse centrée sur la baie james. dommage, je voulais aller faire un tour là-bas...

à bientôt à tous

Logo de Jean-René
mercredi 4 avril 2012 à 19h52 - par  Jean-René

2 août 2010, par Jean-René
C’est inquiétant de voir le dernier Trace Spot au milieu du lac Daniel...

Est-ce un amerrissage forcé ???

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 19h51 - par  Sylviane

2 août 2010, par Sylviane Chamu
Bonjour Odile, Je suis impatiente de te lire : tes dernières traces spot m’indiquent le Lac Daniel ! Pourquoi ? imprécision ? panne d’émission ? J’ai essayé de zoomer davantage mais plus d’image disponible ! Je laisse la page de ton blog ouverte sur mon pc. A bientôt Sylviane

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 19h51 - par  Sylviane

29 juillet 2010, par Sylviane Chamu
Bonsoir, Si l’on suit tes traces spot, Odile, tu as du en avoir plein les yeux dans la région survolée !!! j’attends impatiemment les photos ... Prends le temps de te poser et de récupérer un peu !!! mais allez, vite vite !!!

Tu penses bien que je blague ... je t’envoie mille souhaits de repos et de détente après un vol si long et si plein de surprises encore !

Ne te crois surtout pas obligée de répondre à tous mes messages, laisse toi profiter...

Bisous

Je t’écrirai ( encore !!!) demain !

Sylviane

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 19h50 - par  Sylviane

28 juillet 2010, par Sylviane Chamu
Chère Odile, Je suis ravie, je peux à nouveau suivre tes traces spot !!

J’ai eu une super nouvelle officielle : le prochain rassemblement des Femmes Pilotes d’ULM se fera ...chez moi !!! à Abbeville !

J’espère bien que tu seras là ...

Merci pour toutes les infos sur la vie, l’histoire, la géo des régions que tu survoles !

Amuse-toi bien et bonjour à tous les cousins de ma part ! j’aime bien aller chez eux

Super vol

A bientôt

Sylviane

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 19h50 - par  odile

27 juillet 2010, par odile
je ne vais pas te mettre une aussi longue réponse car je me prépare pour quitter l’ile du cap breton. en effet, il ne fait pas très beau à cause d’une grosse dépression un peu au nord est et plusieurs jours sont prévus mauvais, je vais partir ce soir tard si les conditions de vent le permettent.

juste pour te dire que les traces spot ont deux particularités :

1- il ne s’en affiche que 50, donc les 50 dernières (chaque 10mn de connexion au satellite), la 51ème est effecée par la nouvelle, etc.

2- elles ne restent enregistrées que 7 jours donc, elles s’effacent peu à peu avec le temps qui tourne, et comme je n’ai pas volé depuis lundi dernier, hier on pouvait voir les traces de la semaine dernière disparaitre au fur et à mesure que le temps passait, à rebours. et aujourd’hui, il n’y en a plus ! jusqu’à ce que je revole...

alors à ce soir tard peut-être vers 22h pour l’europe

à bientôt et merci pour message si chaleureux

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 19h49 - par  Sylviane

27 juillet 2010, venant de 85.103.88.79.rev.sfr.net
Bonsoir Odile, à l’heure où je t’écris, c’est le tout début de soirée pour toi , le décalage horaire me surprend toujours quand je voyage loin de chez moi !

Ici la météo est très instable, on ne peut rien entreprendre et je vole dès que possible, mais parfois, le temps de sortir ma machine et de faire la prévol, il faut renoncer et revenir à la maison...tu sais comment cela se passe !C’est la frustration : même pas le temps de faire quelques tours de piste ou un petit coucou local à la mer !

En ce qui concerne mon petit tour en solo, je suis prête à partir ( sauf valise de dernière minute), j’emporterai un mini pc avec connexion 3G "Everywhere " !!! j’ai jusqu’à la fin de la saison pour faire cette balade , mais pas possible du 8 au 29 août ( visites chez moi) ; pas très grave, j’ai la chance d’être en retraite.Je te dirai quand je partirai.

Ce week end j’attends mes amis belges qui doivent venir envahir Abbeville de leurs ailes : j’irai à leur rencontre à Arras, et ce sera la fête et la découverte pour eux, de notre côte.Un joli moment en perspective. J’aime aussi beaucoup ce partage en ULM.

Je relis les premiers articles de ton blog et je m’aperçois que j’ai un autre regard sur ton aventure : elle impressionnait l’an dernier, la toute jeune brevetée spectatrice et un peu lointaine je dois dire, que j’étais ! A présent, ce que tu exprimes ( douleurs, froid, émotions, ) ainsi que tes gestes ( surtout à l’égard de ta chère machine ) ont une résonance profonde en moi et chaque fois que je retrouve ton blog, c’est comme un grand rendez-vous . Ce soir, je suis frustrée car les traces spot refusent de s’afficher ... je vais réessayer dans un petit moment ( l’image apparaît et disparaît aussitôt sans que j’aie eu le temps de voir !!! grrrr !)

Je te souhaite une excellente nuit ( et donne une petite tape amicale à Charlie de ma part)

A bientôt

Sylviane

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 19h48 - par  Sylviane

Bonsoir Sylviane,

j’espère que tu t’es reposée et que la préparation de ton voyage "alone" touche à sa fin. pourras-tu me tenir informée ? auras-tu un moyen de communication ? quelle direction, quel objectif ? je suis impatiente de connaître tes ressentis de ce mode de voyage...

en tout cas, moi j’apprécie tes messages chaleureux. et je vois que la MTO n’est pas un vain souci pour nous, ulmistes !

je te souhaite des moments fabuleux de bonheur car je sais aussi que les moments de doute sont parfois prégnants. un juste équilibre, c’est seulement cela que je peux te souhaiter. je suis de tout coeur avec toi, ou peut-être n’est-ce pas le coeur mais plutôt mon esprit comme diraient les Amérindiens.

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
194909 depuis le début
196 visiteurs actuellement connectés