Etape 17 - Margaree/Stanley

lundi 2 août 2010
par  Céline
popularité : 100%

  • Etape 17 Margaree NS – Stanley NS 306km 3h14

Les jours de mauvais temps se suivent et me font mijoter dans mon jus d’impatience de reprendre la route. Hier, le temps s’est éclairci vers 17h mais je n’y croyais pas, ce n’était pas prévu ainsi et je n’étais pas prête.

Aujourd’hui, je dois prévoir avec plus de finesse. Nous nous organisons Slawa et moi pour pouvoir décoller, si c’est possible. Je prépare toutes mes affaires qui n’ont pas bougé depuis trois semaines. Réflexion faite, il s’agit bien de quatre semaines. Petit-déjeuner à midi. Prévisions sur internet régulièrement pour voir si des changements interviennent. Finalement, nous rejoignons Charlie vers 15h30. Alors que le plafond est encore très incertain, nous essuyons même une petite averse sur la route. La manche se tortille comme un ver de terre. Le plafond n’est pas très haut.

Charlie, impassible nous attend, toujours aussi fringant.

Pour aller vers l’ouest, je compte repartir par la rivière St-John pour remonter au Québec. Donc, je dois repasser vers la Baie de Fundy, éviter les zones de Halifax et Moncton. J’ai le choix de repasser à Truro, à Amherst chez Malcom que je reverrais avec plaisir, ou par Stanley. Je choisis Stanley pour y rencontrer Dave, l’ami de Denis et Diane. Il était en vacances avec Seely, la première fois. Ce matin quand je l’appelle, il me répond présent, ils m’attendront. Je suis ravie. J’organise les choses pour arriver avant la nuit, si le vent me permet d’aller aussi loin. Slawa joue le jeu avec une délicatesse qui l’honore, alors que pour elle, mon départ signifie le retour à la solitude, même si elle ne vit pas de manière isolée.

Jusqu’à Stanley, environ 400 km par la route, il me faut prévoir 4h normalement. Le vent est nord-ouest. Je dois impérativement partir vers 16h ou ce sera difficile voire impossible d’arriver avant la nuit. Malgré l’aide efficace de Slawa qui prépare Charlie pour tout ce qu’elle sait faire, je ne suis pas prête avant 16h40. Tout doit retrouver sa place.

Le vent est toujours fort, le ciel est chargé de cumulus. Nous convenons que si j’ai un doute je puisse revenir ou me poser et appeler Slawa. Elle attendra environ un quart d’heure à l’aéroport.


Nous nous disons au revoir, certaines que nous aurons une autre occasion de nous revoir. Slawa va faire la chasse au chasseur de bleuets (myrtilles) sur la piste et je décolle.


Les conditions sont fortes, je n’ai pas l’impression d’avancer, je prends tous les raccourcis raisonnables que je peux, ce qui me fait découvrir de nouveaux paysages. La mer est battue par le vent et la cote écume. La lumière est magnifique et les odeurs montent jusqu’à moi, celles de la forêt, celles de la mer aussi. J’ai la notion de la quitter…


Les cumulus abondent le long de la cote, se suivent en rues de nuages, alignés par le vent. Je décide de poursuivre, le calme reviendra dans les airs avec l’affaiblissement des rayons du soleil.


Je passe sur le continent loin de Port Hawkesbury dont j’aperçois la zone industrielle fumante. Je fais l’impasse de la cote sud de Nouvelle-Ecosse vers Halifax pour gagner du temps et réduire les kilomètres avec le vent de face qui ralentit ma progression. Je tire le plus droit possible vers Stanley, mais le GPS n’est pas d’un grand secours car pour lui, les étendues de mer ont la même valeur que les autres. Pas pour moi !


Au-delà du premier tiers de la route, j’ai un beau voyage ensoleillé. Je vois loin, l’ile du prince Edouard, les cotes découpées de ce coté, et plus tard, loin devant, la baie de Fundy qui brille dans le soleil.

Je joue avec ce que m’indique la sonde météo : direction et force du vent à la surface puis à chaque 3000 pieds. Je vole une longue période à 6000 pieds où les vents sont plus favorables, ce qui me fait gagner du temps. Le froid se fait sentir. Je descends pour passer sous la zone E2900 d’Halifax. Le soleil est encore haut, je n’aurai pas de difficultés à arriver avant qu’il fasse nuit.


La piste de Stanley, en triangle, s’il vous plait, est magnifique ce soir. Et elle est occupée par des familles de pilotes qui passent leurs vacances dans les caravanes installées en bord du terrain. Dave n’est pas encore là. Jim prend contact avec Jacqueline que j’ai le plaisir d’avoir au téléphone. Elle est toute déçue de ne pas me voir mais comme la première fois, elle met leur caravane à ma disposition. Je suis touchée par cette ouverture, par l’accueil des Canadiens en général. Dave arrive peu de temps après. Et à partir de là, c’est du concentré de bonheur.

Et la nuit passée auprès du lac me réserve la magie du chant des huards.

Step 17 Margaree NS - NS 306km Stanley 3:14

The bad weather will follow and make me stew in my juices waiting to hit the road. Yesterday the weather cleared to 17h but I did not believe it, it was not forcasted and I was not ready. Today, I predict more finesse. We organize Slawa and me to take off, if it’s possible. I prepare all my things that have not moved for three weeks. On reflection, it is indeed four weeks. Breakfast at noon. Forecast internet regularly to see if changes occur. Finally, we agree with Charlie around 15:30. While the ceiling is still very uncertain, we suffer even a little shower on the road. The wind sock squirms like a worm. The ceiling is not very high.

Charlie impassively ahead, still dashing.

To go west, I intend to leave the river St. John to go back to Quebec. So I have to iron into the Bay of Fundy, avoid areas of Halifax and Moncton. I have the choice of board in Truro, Amherst with Malcolm that I would see with pleasure, or Stanley. I choose Stanley to meet Dave, Denis and Diane’s friend. He was vacationing with Seely, the first time. This morning when I called, he says ok, they are waiting for me. I am delighted. I organize things to arrive before nightfall, if the wind allows me to go that far. Slawa plays the game with a delicacy that honors, while for her, my departure means the return to solitude, even if it does not live in isolation.

To Stanley, about 400 miles by road, I must provide 4h normally. The wind is northwest. I must absolutely leave around 16h or it will be difficult or impossible to reach before nightfall. Despite the efficient help of Slawa Charlie prepares for what she can do, I’m not ready until 16h40. Everything must find its place.

The wind is still strong, the sky is responsible for cumulus. We agree that if I have a doubt I can come back or call me and ask Slawa. She will wait about fifteen minutes to the airport.

We say goodbye, sure that we will have another opportunity to see us. Slawa going to hunt the hunter blueberries (huckleberries) on the trail and I took off.

The conditions are strong, I did not feel like progress, I take all reasonable shortcuts that I can, which makes me discover new landscapes. The sea is battered by wind and spray rating. The light is beautiful and smells rise up to me, those of the forest, those of the sea also. I have the notion of leaving it...

Cumulus clouds are abundant along the coast, following in cloud streets, lined by the wind. I decide to continue, the dust settles in the air with the weakening of the sun.

I pass on the mainland near Port Hawkesbury, which I see the smoky industrial area. I’m stalled on the south coast of Nova Scotia to Halifax to save time and reduce the miles with the headwind slowed my progress. I shoot as straight as possible to Stanley, but the GPS is not very helpful because for him, sea and ground have the same value. Not for me ! Beyond the first third of the way, I have a nice trip sunny. I see far, Prince Edward Island, the ratings cut to this side, and later, far ahead, the Bay of Fundy, which shines in the sun.

I play with the antenna that tells me weather : wind direction and strength of the surface and then every 3000 feet. I fly a long period to 6000 feet where the winds are more favorable, which saves me time. The cold is felt. I went down to pass under the area of Halifax E2900. The sun is still high, I will not have difficulties to arrive before dark.

The runway at Stanley, triangle, is beautiful tonight. And it is occupied by families of pilots who spend their holidays in caravans parked on the sidelines. Dave is not there yet. Jim will contact Jacqueline I am pleased to have the phone. She is very disappointed not to see me but as the first time, she puts their caravan at my disposal. I am touched by this, by the reception of Canadians in general. Dave arrived shortly after. And from there, it’s concentrated happiness.

And last night at the lake store for me the magic of song of the loons.


Commentaires

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 20h00 - par  odile

3 août 2010, par odile
Tous vos messages sont tellement gentils. Ils me font quand même mourir de rire même si je regrette de ne pas avoir rencontré Jean-René, d’avoir quitté Steff et Mimi...

Quant à toi, ma super Céline, tu as bien raison de rappeler ces débuts difficiles de l’année dernière qui t’avaient valu la grande trouille de ta vie. Aucune technologie n’est fiable, et malgré toutes mes préparations, l’expérience de nouvelles contraintes me restait à faire, (à quel prix !) : la couverture de mon cellulaire que je ne connaissais pas, la technique du spot pas encore assimilée. Je n’avais pas encore réussi à le positionner au meilleur endroit pour qu’il ne soit pas soumis à des ruptures de contact avec les satellites. Je me souviens aussi de l’antenne météo qui m’indiquait de la pluie alors qu’il ne s’agissait que de la fumée des feux de forêt, ce qui m’avait valu de me détourner à 180° de ma route alors que tu ne pouvais pas comprendre ou de l’aterrissage à la ferme car cette fois-là elle m’avertissait de pluies infranchissables pour Charlie alors que j’aurai dû passer avant elles. Et les connections internet qu’on ne m’a pas toujours autorisées dans certains aérodromes alors que la liaison téléphone ne fonctionnait pas, la personne qui refuse de délivrer de l’essence pour une raison que je n’ai pas encore comprise, celles qui délivrent des informations erronées...

Depuis, j’ai progressé, mais à quel prix pour toi et ton frère, et tu as raison, il peut encore y avoir une bonne raison pour que malgré tout, l’information s’arrête au milieu du lac. Pour autant, il ne s’agit peut-être pas d’un amérissage et le contact, (ah, oui, lequel ?) va bientôt arriver.

N’oubliez pas que je prends mes décisions en pensant à vous, à vous tous, ceux qui comptez pour moi (vous êtes nombreux !) et ceux pour lesquels je sais compter, je ne vous oublie jamais, surtout dans la tempête.

mercredi 4 avril 2012 à 19h59

3 août 2010, venant de c75.158.244-239.clta.globetrotter.net
Bonojour Odile ,Tout d abord te remercier d avoir pris la peine de faire un detour pour venir a notre rencontre nous voire et accepter notre invitation , et partager ton periple de ton expedition qui son tou a fait extraodinaire ou tou a fait fenomenale et de voir que une petite femme comme toi reussi a le faire sans aucune assitance en plus ces merveilleux... Car peut de gens oserais de faire ce que tu reussi a faire et juste a jaser avec toi ca donne le gout de faire comme toi et on va l essayer moi et mimi car au debut septembre on quitte avec nos pendule de rimouski /ottawa avec birddfly et clipper en esperen peut etre te croiser dans ces environ ci ses possiblie pour te dire a ti coucou .... Et je tien aussi a te dire d etre prudente dans ce que tu fait car ca doit pas toujour etre evident de voler dans des endroit qui parfoi semble inospitalier mais parcontre apres t avoir vue faire tes preparation moi je suis pas inquiete pour toi car tu sais vraiment quoi tu fait ou ne pas faire pour avoir du plaisir de voler en tou securiter et soit toujour prudante et au plaisir de ce revoir .. quel beau moment fure partager en t en remercie de Steff et Mimi xxxx et bon vole ou belle envoler canadienne bye et a plus ,,,,,,,,,,,,, et nous gardon contact je tenvois e -mail en pv merci encore et bon vole

Logo de  Jean-René
mercredi 4 avril 2012 à 19h58 - par   Jean-René

3 août 2010, par Jean-René
J’ai vu Odile passer au-dessus de Rimouski vendredi dernier. Je voulais aller lui serrer la pince durant le weekend mais elle était déjà envolée le samedi soir...loupé !

Logo de Céline
mercredi 4 avril 2012 à 19h58 - par  Céline

3 août 2010, par Céline
Je vois qu’il y a eu quelques cœurs qui ont palpité en voyant que le Spot d’Odile et de Charlie était arrêté au dessus d’un lac hier. Donc, je vais vous raconter une anecdote. Au début de l’envolée 2009, on était un peu dans le flou sur les moyens de communication de nos deux explorateurs (ne les ayant jamais testé avent). Cependant, j’étais loin d’imaginer que je serais sans nouvelles pendant plusieurs jours. Le Spot s’est arrêté à un endroit où il ne devait pas et en plus je n’ai pas eu d’appel à l’atterrissage comme convenu. Merveilleuse Odile avait atteri sur un aérodrome de brousse où il n’y avait personne, son téléphone ne captait pas et élément qu’elle ne savait pas le Spot était arrêté faute de satellites. Bilan , je n’ai pas dormi de la nuit, ce fut la plus longue de ma vie. Le l’an demain pas de nouvelles. Pourtant elle avait poursuivie son chemin mais sur l’aéroport d’après, le personnel ne l’avait pas autoriser à téléphoner. Pour elle, 2eme nuit sous la tente et elle redécolle. Pour moi, ce fut la 2eme nuit la plus longue de ma vie. Panique à bord, je ne contrôlais plus mon cerveau, je m’imaginais le pire. Je me décide enfin à demander de l’aide à mon frère qui parle un parfait anglais et il téléphone aussitôt à l’aéroport de Wawa prévu sur le plan de vol. Et là ...miracle le personnel lui dit qu’ils ont bien accueilli un ULM et sa pilote française la veille au soir. Il faut dire que c’est de la dynamite ma mère. On s’en rappelle. Et voilà, morale de l’histoire : il ne faut pas avoir une confiance aveugle dans ces appareils électroniques et garder toute sa rationalité. Il y a toujours un élément que nous ne pouvons pas imaginer de loin. Je sais, c’est difficile mais à force d’y travailler on y arrive à trouver des tas de bonnes raisons à l’arrêt du Spot sur un lac. Je vous quitte. Bonne lecture et bon rêves. Merci de vos visites.

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 19h57 - par  odile

3 août 2010, par odile
je ne volerai encore pas demain, il pleut et fait orage à Chibougamau. Heureusement, je suis en bonne compagie avec deux pilotes des chantiers de chibougamau. ils ont volé ce matin, dans les cunimb. Ils sont IFR, avec un beau Pilatus (comme celui sur la photo de Gaspé) ils peuvent avoir un vol mais ils n’en ont plus de prévu avant vendredi. Ils sont aux opposés, l’un de 20 ans et l’autre proche de la retraite, c’est très enrichissant, et on s’entend bien. C’est mieux que les croco, vous ne pensez pas ?

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
194909 depuis le début
199 visiteurs actuellement connectés