Etape 23 - Lebel sur Quévillon/Kapuskasing

dimanche 15 août 2010
par  Céline
popularité : 9%

  • 22ème étape – dimanche 8 août 2010 – Lebel sur Quévillon Qc – La Sarre Qc - Kapuskasing On : 3h42 + 3h48 ; 320+269 km

Lebel-sur-Quévillon – La Sarre

A 8h13, je suis en l’air. La météo devrait rester bonne et s’améliorer vers l’ouest. Alors direction Marathon, au bord du lac Supérieur. Que je vole vers le sud ou vers l’ouest, je ne sais pas vraiment par quel miracle, mais les vents sont toujours entre 10 et 20kt de face !


L’avantage, c’est que je vole plus longtemps et que j’ai plus de temps pour détailler le paysage ce qui me ravit aussi. Et en ce qui concerne la brousse, elle se modifie encore et encore. Ici, elle est plutôt sans relief. Mais vers Val d’Or, elle prend la configuration presque unique de marécages et de rivières paresseuses avec peu de forêts ou beaucoup moins étendues. D’ailleurs, je remarque des maisons dissimulées dans les bois, et des multitudes de belvédères élevés le long des rivières et des marécages. Ils doivent servir aux chasseurs à la saison de chasse. Ils sont très nombreux, les observatoires, donc les chasseurs aussi pour les occuper, mais probablement aussi les orignaux. Pourtant, j’ai beau scruter le sol, je n’en verrai pas plus que d’habitude, c’est-à-dire, aucun ! C’est la première fois que je découvre un tel endroit de brousse.


Je survole Val d’Or vers 10h. Aucune agitation dans le ciel, aucune vie sur la piste, aucune annonce à la radio, je passe mon chemin. J’ai assez d’essence pour continuer. Je serai bien allée rencontrer un jeune penduliste de Rouyn-Noranda, rencontré l’année dernière à St-Hyacinthe à l’école de Bernard Rouer mais je n’ai pas de contact avec lui. Je choisis d’aller vers Malartic, Amos, La Sarre, par amitié pour Gilles qui m’a indiqué son attachement à ces terres natales. Les turbulences commencent vers onze heures dans un ciel dégagé avec la formation de quelques petits cumulus de beau temps. Les routes sont toujours mes guides quand les forêts ne présentent pas de champs salvateurs. Ici, j’ai le choix des routes, la zone est bien quadrillée car la région est en même temps industrielle, de prospection minière : or et métaux lourds mais aussi une région agricole organisée autour de routes tirées au cordeau.


En fin de matinée, je suis à La Sarre, je dois faire le plein d’essence. Le vent est encore perpendiculaire piste. Rouleaux du fait de la forêt.

C’est immense, bien entretenu, mais vide de trace humaine. Ça ne dure pas longtemps car peu de temps après un hydravion amphibie atterrit. Deux charmantes dames (Eléonore et sa sœur Ginette) en descendent et je vais à leur rencontre. Elles viennent cueillir les bleuets sur les bas coté de piste. Elles me font découvrir les pieds minuscules mais couverts de myrtilles au point que de loin, on les reconnait à leur couleur. Eléonore me dit que j’étais attendue à Val d’Or… dommage, on ne m’avait pas dit. Mais j’imagine que cela pouvait bien venir des deux pilotes rencontrés à Rimouski la semaine dernière. Ginette m’aide à téléphoner car mon téléphone n’est toujours pas desservi… le pays est grand et les fournisseurs d’accès font des choix ! Moi, je n’ai peut-être pas fait le meilleur !!! La personne sensée faire le plein n’est pas là en permanence, il faut lui lancer un appel téléphonique pour venir. Je grignote quelques bleuets en l’attendant.


Pendant ce temps, un pilote arrive accompagné de son frère. Excusez-moi, je ne me souviens plus de leurs noms (Robert et Gilles, le pilote ?) . Nous échangeons avec beaucoup d’intérêt sur nos conceptions du plaisir aéronautique qui sont très proches. Ces rencontres fugaces mais fortes me remplissent toujours autant de bonheur. Bons vols à vous.

La Sarre QC - Kapuskasing On 3:48, 269 km

Une heure est passée, je repars en pleine canicule pour Kapuskasing. J’avais annoncé à ma famille une route par Timmins et finalement, au dernier moment, je découvre une route de brousse directe et qui m’économise une centaine de km. Ce n’est pas un mal car Marathon est encore loin et le temps n’est pas très sûr non plus. La route passe par Cochrane, à environ 140 km. Elle croise la frontière avec l’Ontario peu de temps après avoir quitté La Sarre. Le spot rectifiera l’information.

J’ai l’expérience de l’année dernière et je sais que je peux me poser sur ce type de piste en gravier ou en sable. Evidemment, c’est une navigation à la carte, le gps ne donnant qu’une direction. Là, c’est une vraie aventure. Car sur ces 140 km de toundra, je croiserai seulement deux voitures. Ce n’est pas la même fréquentation que celle entre Wawa et Sudbury en passant par Chapleau, où les camions étaient fréquents ! 0n est dimanche aussi. Petit vent de face, grosses turbulences qui m’obligent parfois à reprendre mon cap. Sur cette route-là, je vois peu d’exploitation forestière et pas de mines, seulement un moulin à bois au milieu de nulle part, éloigné d’une vingtaine de km de la ville que je soupçonne au loin dans la brume de chaleur. Les conditions sont fortes mais plus le temps passe et plus elles vont diminuer.


Cochrane, ville industrielle, est sans vie aéronautique à cette heure de la journée malgré de belles installations. Bien que les heures de vol se soient accumulées dans la journée, je peux encore aller jusqu’à Kapuskasing, à 70 km de là. Je continue pendant que les conditions de vol sont réunies. Demain est un autre jour.

Quand j’atterris à Kapuskasing, la piste en croix m’offre un choix inespéré car pas indiqué par le gps. J’avance vers les hangars quand quelqu’un apparait derrière un avion, ou un ulm peut-être, de loin je vois bien un Challenger proche, il me fait un signe de la main de loin. Invitation ? C’est Jack, la magie des rencontres a encore opéré… chacun passe de la réserve à la découverte et au partage. Denise et Jack m’offriront une soirée de bonheur.

22nd stage - Sunday, August 8, 2010 - Lebel sur Quevillon QC - La Sarre, QC - Kapuskasing On :

Lebel-sur-Quevillon Qc – La Sarre Qc 3:42 ; 320 km

At 8:13, I’m in the air. The weather should remain good and improve westward. While management Marathon, Lake Superior. I fly to the south or west, I do not really know by what miracle, the winds are still between 10 and 20kt ahead !

The advantage is that I fly longer and have more time to detail the landscape that delights me too. And as regards the bush, it changes again and again.


Here, it is rather featureless. But to Val d’Or, it takes almost unique configuration of swamps and rivers with little forest lazy or much less extensive. Besides, I noticed the houses hidden in the woods, and multitudes of high lookouts along the rivers and swamps. They must serve hunters to the hunting season. They are very numerous, observatories, so the hunters also keep them occupied, but probably the moose. However, I’m scanning the floor, I do not see more than usual, that is to say, no one ! This is the first time I discovered one such place in the bush.

I fly around 10 Val d’Or. There is no movement in the sky, no life on track, no announcement on the radio, I passed my way. I have enough gas to continue. I shall be gone to meet a young pendulum Rouyn-Noranda, met last year in St-Hyacinthe school Bernard Rouer but I have no contact with him. I choose to go to Malartic, Amos, La Sarre, from friendship to Gilles who told me his commitment to these birthlands. The turbulences started around eleven o’clock in a clear sky with the formation of some small fair weather cumulus. The roads are still my guides when forests are not saving fields. Here I have the choice of routes, the area is squared because the area is both industrial mineral exploration : gold and heavy metals but also organized around an agricultural road chalk.


By late morning, I’m in La Sarre, I have to fill up with gas. The wind is still perpendicular runway. Rolls because of the forest.

It is huge, well maintained, but devoid of human traces. It does not last long because shortly after landing amphibious seaplane. Two lovely ladies (Eleanor and her sister Ginette) and I’m going to go down to meet them. They come pick blueberries on the bottom side of the runway. They make me discover the tiny feet but covered blueberries to the point that far, they recognize their colors. Eleanor told me that I was expected to Val d’Or ...

pity we did not tell me. But I guess it could well come from two pilots met in Rimouski last week. Ginette helps me to call because my phone is still not served ... the country is great and service providers make choices ! Me, I’m perhaps not the best ! The sensible person to fill is not always there, he must launch a call to come. I nibbled a few blueberries in the meantime.

Meanwhile, a pilote arrives with his brother. Excuse me, I do not remember their names (Robert and Gilles, the driver ?). We exchange with great interest on our conceptions of pleasure aircraft which are very close. These fleeting encounters strong but still fill me much happiness. Good flights to you.

La Sarre QC - Kapuskasing On 3:48, 269 km

An hour passed, I’m leaving in the heat for Kapuskasing. I told my family a road by Timmins and finally, the last time, I discovered a direct route bush and save me a hundred miles. This is not a bad thing, since Marathon is still far and time is not very safe either. The road passes through Cochrane, about 140 km. She crosses the border with Ontario shortly after leaving La Sarre. The spot will correct the information.


I have the experience of last year and I know that I can fly on this track type of gravel or sand. Obviously this is a navigation map, the GPS just give a direction. There is a real adventure. For these 140 km of tundra, I would meet only two cars. This is not the same as that attendance between Wawa and Chapleau through Sudbury, where the trucks were common ! Today is Sunday too. Small headwind, large turbulence sometimes force me to resume my course. On that road, I see some logging and no mines, only a sawmill in the middle of nowhere, distant about twenty miles from the city I suspect away in the heat haze. The conditions are strong but as time passes, the more they will decrease.

Cochrane, industrial city, is dead at this time of Aeronautics day despite good facilities. Although the flight times will be accumulated during the day, I can still go to Kapuskasing, 70 km away. I continue while the flight conditions are met. Tomorrow is another day.

When I landed in Kapuskasing, the runway cross gives me an unexpected choice because not indicated by the GPS. I walk towards the hangars when someone appears behind an aircraft, microlight or maybe far I see a Challenger approaching, it gives me waving from afar. Invitation ? It was Jack, the magic of meetings has yet made ... everyone goes to the reservation to the discovery and sharing. Denise and Jack offer me a happy evening.


Commentaires

Logo de Sylviane
mercredi 4 avril 2012 à 19h35 - par  Sylviane

19 août 2010, par Sylviane Chamu
Chère Odile, Le mois d’août m’a apporté des vacanciers à la maison et je profite d’un jour de bonne solitude pour venir lire la suite de ton récit. J’espère que depuis le 16 la météo s’est un peu arrangée et que tu as pu rendre visite à tes amis. Je vois que tu voles souvent par conditions difficiles, je t’admire d’avoir tant de courage ! Chez nous nous avons laissé les machines au hangar quelques jours, avec un temps digne de la Toussaint ! il paraît que cela devrait s’améliorer dans les jours à venir. Je te souhaite bon vol et t’envoie plein de bises ulmiques

Sylviane

Logo de odile
mercredi 4 avril 2012 à 19h35 - par  odile

16 août 2010, par odile
une tempête tropicale vient de passer sur la zone entre winnipeg et les grands lacs. les vents seront encore à 40kt toute la nuit et demain toute la journée, les tornades ne sont pas apparues ici, car il faisait nuit, nous ne les avons pas vues ! Charlie a bougé malgré ses amarres, il a probablement fait des sauts de grenouille, tout ligoté qu’il était, il a quelques marques mais ce n’est pas vital, seulement un peu de vernis...

je vous tiens informés ! je me demande si je vais avoir le temps d’aller jusqu’à winnipeg voir Perry et Edith...

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
181868 depuis le début
117 visiteurs actuellement connectés