Etape 03 - Chapleau On

jeudi 7 juillet 2011
popularité : 1%

  • 1er juillet – Canada Day, jour férié.



C’est le jour anniversaire du Canada. Et vous le savez, les Canadiens sont attachés à leur pays, à leur drapeau et aux symboles qui s’y rattachent, et ils le partagent avec les enfants. Déjà, quand j’étais à Cambridge, j’avais assisté à une fête de fin d’année dans une école, en fait c’est la mise en valeur des prédispositions individuelles. Elle avait commencé par l’hymne national, dans le silence et le respect de rigueur, tout le monde debout. Hier, c’était pareil, tous les enfants devant, une dame chantait les paroles accompagnée de la musique d’un CD. Et tout le monde applaudit !




Ensuite, c’était le rassemblement de la population de Marathon autour des jeux pour enfants, des rencontres de grands, un bon moment pour tous. Il ne faisait pas vraiment beau, mais l’orage ne s’est déclenché avec ses trombes d’eau qu’après une heure du matin, en fait, nous avons tous profité de ne pas rôtir au soleil. La fête s’arrête vers 17h, heure du repas qui est pris à domicile, n’oublions pas que le repas du soir est le repas le plus important de la journée des Canadiens. Et tout le monde revient trois heures plus tard sur les rives du petit lac de Penn Lake pour le feu d’artifice, tiré la nuit venue.


Gilles et Julie assuraient la vente de parts de pizza, frites et boissons. Ils n’ont pas arrêté, bien aidés par la deuxième Julie, Christiane, et Brent.


J’ai découvert les bracelets et colliers fluo qui éclairent la nuit, les sparklers ou petits bâtons pétillants quand on arrive à les allumer malgré le vent ! Enfants et adultes s’en réjouissaient grâce à ceux que Julie distribuait.



Et la fête s’est terminée par le feu d’artifice (FireWorks) tiré de l’autre coté de la rive de Penn Lake Park. Que des bons moments !

PS : sur les photos, je ne vous montre pas de visages, car je n’ai pas demandé les autorisations aux personnes, et ici, on rigole pas avec le droit à l’image !

  • July 1 - Canada Day.

It’s the birthday of Canada. And you know, Canadians value their country, their flag and symbols associated with them, and they share with children. Already when I was at Cambridge, I attended a New Year party in a school, in fact it is the development of individual predispositions. It began with the national anthem, in the silence and respect for discipline, everyone standing. Yesterday was the same, all children before, a woman sang the words accompanied by music from a CD. And everyone applauds !



Then it was the gathering of the people of Marathon around the playground, large meetings, a good time for all. It was not really beautiful, but the storm did with triggered after a downpour in the morning, in fact, we have all benefited not roast in the sun. The party ends around 17h, mealtime is taken at home, remember that dinner is the most important meal of the day Canadians. And everyone comes back three hours later on the shores of lake Penn Lake for the fireworks, shot at night.



Gilles and Julie assured the sale of shares of pizza, chips and drinks. They have not stopped, helped along by the second Julie, Christiane, and Brent.


I discovered neon bracelets and necklaces that light up the night, sparklers or sparkling sticks when you walk in the light despite the wind ! Adults and children rejoiced with those distributed Julie.


And the party ended with the fireworks (Fireworks) from the other side of the shore of Penn Lake Park. Let the good times !

  • 30 juin 2011, à Marathon On.

Avec Gilles nous avons modifié un peu la tension de la voile. J’ai fait un vol d’essai à la suite, tout semble parfait.

Il y avait beaucoup d’activité sur l’aéroport de Marathon, avion-ambulance et surtout des hélico. D’une part une mine se prépare à ouvrir au nord de Marathon et suppose une activité importante. D’autre part, la police était à la recherche d’un conducteur qui avait causé un accident et avait pris la fuite.

Charlie était stationné comme d’habitude sur un bord du tarmac où sont disposées des masses d’amarrage. Devant autant d’activité, je me suis donc posé la question de la sécurité de Charlie.

A 16h il me semblait possible de continuer vers Kakabeka Falls. La météo semblait suffisamment favorable malgré le fait que j’allais vers le mauvais temps. Mais la prévision des turbulences était manifestement hors de ce que Charlie pouvait supporter sur les cinquante derniers km avant d’arriver à KKBKF. L’atterrissage aurait peut-être été très difficile voire impossible. J’ai déjà vu cela particulièrement dans ce goulet avec le lac Supérieur et le relief de Thunder Bay. J’ai donc décidé de rester ici, sachant très bien qu’une perturbation arrive de l’ouest et que je ne sais pas quand je pourrai reprendre l’air alors qu’aller à sa rencontre aurait pu diminuer le temps d’attente.

Nous sommes donc retournés à l’aéroport pour trouver une meilleure place à Charlie et le mettre en habits de pluie, aile basse.

Demain, c’est fête nationale au Canada. Et le temps ne me permettra pas de partir, c’est sûr. Je profiterai donc de la fête.

  • June 30, 2011, in Marathon, On.

With Gilles we changed a little tension the sail. I made a test flight following, everything seems perfect. There was much activity on the Marathon airport, air ambulance and helicopters. On the one hand a mine is preparing to open north of Marathon and assumes an important activity. On the other hand, the police were looking for a driver who caused an accident and had fled.

Charlie was parked as usual on one side of the tarmac where the masses are willing mooring. Faced with so much activity, so I questioned the safety of Charlie.

At 16h it seemed possible to continue to Kakabeka Falls. The weather seemed friendly enough despite the fact that I was going to the wrong time. But the prediction of turbulence was clearly out of what Charlie could stand on the last fifty km before reaching KKBKF. The landing might have been very difficult if not impossible. I’ve seen this particularly in the gully with the Lake Superior and the relief of Thunder Bay. So I decided to stay here, knowing full well that a disruption comes from the west and I do not know when I can fly again so that going to meet could reduce waiting times.

We therefore returned to the airport to find a better way to Charlie and put it in rain gear, low wing. Tomorrow is national holiday in Canada. And time will not allow me to go for sure. I take this party.

  • 29 juin 2011- étape 3- Chapleau On-Marathon On 302km 3h11mn, moyenne 94km/h

La nuit a été venteuse, pluvieuse, froide (5°C) et je me réveille à 6h sous un beau soleil et un ciel bleu, un vent affaibli mais qui reste rafaleux. Je me rends au terminal consulter la météo pour savoir si je peux prendre l’air ou non. Ma décision est non car sur Marathon les dernières observations météo sur l’aéroport enregistrent 22kt de rafales avec un vent travers piste, comme toujours à Marathon. Je consulte la météo par téléphone grâce à l’autorisation de me servir de celui des pompiers. Le prévisionniste me confirme qu’en attendant la fin d’après-midi, les conditions se seront améliorées. Je prépare Charlie qui est tout propre. Brad sort le push-pull, je sors Charlie et Brad s’en va car les prévisions de temps et la pluie de la veille font qu’il n’y a aucun risque d’incendie et que l’ensemble des pilotes et mécaniciens peuvent disposer de leur journée. Je reste seule mais avec les locaux ouverts à ma disposition, j’aurai juste à fermer la porte à clé en partant. La journée passe vite malgré le peu d’action. J’ai à nouveau la visite de Trevor, le pilote d’hélicoptère d’Hydro-One, il revient voir Charlie. J’attends jusqu’à 16h, je retourne contrôler les conditions de vol, décision, préparation, essence. Adieux à Theresa, la préposée aux observations météo, et à Willy qui me redit son rêve de posséder une machine comme Charlie, il reste émerveillé.


Et c’est parti. Conditions turbulentes sous un soleil éclatant de fin de journée. Le vent est du nord et ne me ralentit qu’un peu car de biais par rapport à ma ligne de vol. Mais ça bouge bien quand même, c’est vivant comme dit Michel à Losne. Il aimerait être ici, c’est sûr. Je commence à voir briller le lac Supérieur sous le soleil plus de 100 km avant d’y être. Passage à Wawa, sans m’y arrêter pour une fois. Je coupe en brousse pour éviter le crochet de la route. C’est une économie d’une quinzaine de km, pas inopportune quand on vole tard, face au soleil, que le ciel semble se boucher, qu’il reste 200km à faire, que le soleil se couche vers 21h45, etc.


Je grimpe pour éviter les déclenchements qui me propulsent encore parfois à +5m/s, mon cap est un peu modifié et j’avance vite. De loin je vois un panache de fumée, c’est à coup sûr un des deux moulins à bois, Marathon (environ 60km) ou Terrace Bay 80 km encore plus loin ? Finalement ce sera Terrace Bay. Chacune des deux villes a vu son moulin à bois fermer ses portes faute de rentabilité dans les trois années précédentes avec l’espoir d’une réouverture. Donc, celle de Terrace Bay a rouvert ! je suis contente pour tous ces gens qui ont pu reprendre du travail près de chez eux. Peut-être est-ce le cas pour Gerald qui était parti travailler à Fort Mac Murray, à 5000km d’ici suite à la fermeture du moulin de Marathon.


Je reconnais cette partie de territoire pour l’avoir traversée plusieurs fois. Son relief de granit rose a été mis à nu par un immense feu de foret il y a une dizaine d’années, et chaque année je constate la reprise des lieux par une végétation plus abondante, plus couvrante, d’un vert plus acide.


Je croise la ligne de chemin de fer plusieurs fois. Les trains y sont nombreux, géants, de plus d’un km chacun, tirés par plusieurs locomotives. C’est une voie unique où des portions de ligne sont doublées pour permettre le croisement des trains. Et comme c’est une des deux seules lignes qui relient l’est et l’ouest du pays, elle a intérêt à bien fonctionner. Gilles me confirme que les accidents sont extrêmement rares.


Finalement, j’arrive à Marathon plus tôt que prévu, vers 20h30, personne à l’aéroport, j’en profite pour faire un petit tour au-dessus de la ville le temps de descendre tranquillement. Sur le tour de piste, je vois une voiture, ce sont mes amis qui m’attendent, ils sont arrivés pendant ce temps. Ils ont suivi le spot ! Retrouvailles chaleureuses avec Julie, Chris et Christiane, Justin. Gilles est au travail. Et je prépare Charlie pour passer une nuit dehors sur l’aéroport. Voilà, demain si les conditions sont bonnes je repartirai vers l’ouest.

  • June 29, 2011 - Step 3 - Chapleau On to Marathon On, 3h11mn, 302km, average 94km / h

The night was windy, rainy, cold (5 ° C) and I wake up at 6 am under a bright sun and blue sky, wind weakened but still gusty. I go to the terminal check the weather to see if I can fly or not. My decision is not because of the latest Marathon weather observations at the airport recorded gusts of 22kt crosswind runway, as always in Marathon. I check the weather by phone with the authorization to make use of Brad. The forecaster confirms me that until the end of the afternoon, conditions will be improved. I prepare Charlie who is clean. Brad releases the push-pull, I leave Charlie and Brad goes because weather forecasts and rain the previous day that there are no fire hazard and that all pilots and engineers have day off. I’m alone but with the open space at my disposal, I just close the door locked when you leave. The day passes quickly despite the lack of action. I again visited by Trevor, the helicopter pilot Hydro One, it is up to Charlie.


I look up to 16h, I go check the flight conditions, decision, preparation, gas. Farewell to Theresa, the attendant weather observations, and Willy reiterated to me his dream of owning a machine like Charlie, he is amazed.


And go. Turbulent conditions in the bright sun of late afternoon. The wind from the north and only slows me down a little because of an angle to my line of flight. But it still moves well, it’s like living in Losne said Michel. He would like to fly here. I begin to see Lake Superior shine in the sun more than 100 km before being.


Passage in Wawa, without stopping that time. I cut into the bush to avoid the hook of the road. It is an economy of about fifteen miles, not inappropriate when flying later, facing the sun, the sky appears to be a butcher, it is 200km to go, as the sun sets around 9:45 p.m., etc.. I climb to avoid the trubulence that propel me even sometimes 5 m / s, my ahead is slightly modified and I go fast. From a distance I see a plume of smoke, it is certainly one of the two wood mill, Marathon (about 60km) Terrace Bay 80 km or even further ? Finally it will be Terrace Bay. Each city had its sawmill closed down for lack of profitability in the previous three years with the hope of reopening. So, the Terrace Bay has reopened ! I’m happy for all those people who were able to resume work close to home. Perhaps is it the case that Gerald had gone to work in Fort Mac Murray, 5000km from here following the closure of the mill in Marathon.


I recognize that part of territory to be crossed several times. The relief of pink granite was exposed by a huge forest fire there about ten years, and every year I see the resumption of play by a more abundant vegetation, more opaque, more acid-green.

I cross the railway line several times. Trains are numerous, giant, more than one km each, driven by several engines. It is a single track which portions of the line are doubled to allow the crossing of trains. And as it is one of only two that connect the east and the west, it had better work well. Gilles tells me that accidents are extremely rare.


Finally, I arrived at Marathon earlier than planned, around 20:30, no one at the airport, I want to make a small tour over the city time to go down quietly. On the lap, I see a car, they are my friends waiting for me, they arrived during this time. They followed the spot ! Warm reunion with Julie, Julie, Chris and Christine, Justin. Gilles is at work. I prepare Charlie for a night out on the airport.

So, tomorrow if conditions are good I will leave to the west.


Commentaires

lundi 13 février 2012 à 20h46

7 juillet 2011 23:17, par odile
Ron, your adress eml is unaviable, please, could you send me a personnal message. i can’t send you your landing !
envoleeaucanada@gmail.com

lundi 13 février 2012 à 20h46

7 juillet 2011 13:37, par odile
je repars vers saskatoon aujourd’hui, mais un front orageux va m’arrêter assez vite je pense, j’espère que j’aurai de bonnes conditions pour me connecter et rester en contact avec vous, et qu’on puisse faire les essais Sylviane.
je ne vous oublie pas
odile

lundi 13 février 2012 à 20h45

7 juillet 2011 13:25, par gilles major
bonjour, odile..tu as faits bon trajaist..je te vois a kamsack areoport.. tous proches de saskatoon.. j’espere que le paysage vous apporte de beau portrait..bon vol..gilles et julie..

lundi 13 février 2012 à 20h45

7 juillet 2011 13:13, par Dominique de Plouguerneau
Même sans les visages tes photos sont sympa !... Gros bisous

Voir en ligne : http://www.plouguerneau.net

lundi 13 février 2012 à 20h44

6 juillet 2011 22:33, par Sylviane Chamu
Bonjour Odile,
j’ai regardé tes traces spot hier soir avec Monique Bouvier et tes traces étaient au-dessus de l’eau ! j’ai repensé à l’an dernier , quand ta balise était en panne et j’ai décidé de ne pas m’inquiéter !
Je n’ai pris le temps de lire que ce soir, pendant une pause, en pleins préparatifs de rassemblement.
La météo chez nous n’est pas optimiste du tout pour ce rassemblement mais on y croit !!!
Je te remercie pour toutes ces jolies photos de la fête nationale et surtout de ces sublimes espaces naturels que tu survoles avec détermination.
Grosses bises,j’essaie de te skyper dès que le chapiteau est opérationnel. Ce doit être demain en journée.
A bientôt Odile et plein de petites tapes amicales à Charlie !

lundi 13 février 2012 à 20h44

6 juillet 2011 01:06
bonjour odile...ho boy.. tu as volee de atikokan juste q’uas winnipeg..tu devrais etres fatigue..je te vois a l’areoport de lyncroft.. tu as surement besoins d’un bon repos..fais bon rendez vous avec tes amies de winnipeg..bon vol. un grand amies gilles...

lundi 13 février 2012 à 20h43

5 juillet 2011 16:26, par Gerry Marcil
Odile i watched you fly away the motor just purring as you left Atikokan this morning , I am amazed at your courage and beliefs , I hope that you enjoy Canada as much as we do, please keep us updated and stop in on your return trip

Gerald Marcil

lundi 13 février 2012 à 20h43

7 juillet 2011 20:09
oui, Pollux est de plus en plus docile ( je fais semblant de croire que c’est moi qui lui dicte ses trajectoires ... )
J’ai vu Michel samedi dernier et on a encore parlé de toi et de tes aventures...
Bons vols prudents et à bientôt !
Profites bien des fêtes canadiennes, elles sont souvent mémorables ...
Alain

lundi 13 février 2012 à 20h42

4 juillet 2011 15:08, par odile
alors Alain, j’espère que tu as bien du plaisir avec Pollux et je vois que la piste de Losne ne te fait plus peur, nous sommes toujours très heureux de tes visites, alors ne perd pas la main !et dis bonjour aux amis pour moi.

aujourd’hui orages, je ne peux continuer vers winnipeg, demain certainement. à bientôt

lundi 13 février 2012 à 20h42

4 juillet 2011 08:27
Coucou Odile !

décidémment, tu en fais des rencontres ! entre le beau bucheron dans sa cabane et Winnie l’Ourson, que de souvenirs :-)))))

Allez, continue ton périple et envoies nous encore de belles photos.

Alain

( on a encore parlé de toi samedi à losne, c’est désormais une étape obligée à chaque retrour de ballade pour moi ! )

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
190679 depuis le début
228 visiteurs actuellement connectés