Etape 07 - Kamsack Sk

mardi 12 juillet 2011
popularité : 100%

  • Etape 7 – le 7 juillet 2011- Kamsack Sk – Humboldt Sk – 247km 2h27 de vol (moy100) Total : 2832km

Réveil 5h pour faire l’envoie à Céline, préparer ma route avec météo, etc. J’ai même le bonheur de joindre ma famille en direct pendant la pause déjeuner en France.


A 8h je suis prête pour le rendez-vous avec les employés de la ville. Ils doivent venir me chercher à l’hotel et m’aider à remonter l’aile. Pendant ce temps, un Mooney tout noir sorti de nulle part se pose. Superbe avion !

Arrivée à l’aéroport, je peux constater qu’il n’a pas plu. Le soleil est déjà chaud. Quelques personnes autour du Mooney. Un monsieur m’aide à remonter mon aile descendue hier par précaution alors que d’énormes cumulo-nimbus gonflaient au loin. Quand tout le monde est parti, j’en profite pour reprendre les opérations de préparation de manière plus méthodique. Mon regard est attiré par un mouvement proche. C’est un cerf. Il s’est engagé sur l’espace aérien. Il me regarde, surpris, bifurque, fait un détour et revient dans la direction prévue après avoir traversé la piste. Mais il a regardé avant de traverser et comme il était rassuré, il a même fait une petite pause au milieu !


Je suis prête à 9h et demi. Direction l’ouest, ça ne change pas. La météo ne prévoit pas du beau sur mon chemin, je n’irai donc pas plus loin que Humboldt. D’ailleurs au fil de la matinée, je constate les formations nuageuses prévues. Et cette fois, je me méfie de mon GPS, la pluie indiquée à droite de la route, ne serait-elle pas déjà à gauche ?

Le début est paisible, très peu de vent et une grande douceur de l’air. Je prends un grand plaisir à survoler ces étendues plates comme une feuille de papier, à cela près qu’elles sont pourvues d’une multitude de trous plus ou moins humides qui donnent une allure particulière au paysage. On pourrait dire des mouilles en France. Les formes, les couleurs sont magnifiques dans la lumière de ce matin ensoleillé. Le travail de la terre en est ralenti par des manœuvres constantes entre ces trous d’eau inexploitables.


J’ai l’occasion de voler en dehors de la route, qui pourtant va tout droit à Saskatoon en passant par Humboldt. Les colza (canola) commencent à jaunir. Et la plupart des autres parcelles sont à peine travaillées, ou pas encore. Il faut dire que le climat est froid plus longtemps au printemps. Que la fonte des neiges apporte beaucoup d’humidité et que cette année, les pluies ont été très importantes dans les prairies. D’énormes inondations ont eu lieu. J’ai le plaisir de sentir différentes odeurs. En brousse, je n’avais pas tant de diversité.

A mi parcours, les nuages sont manifestement en progression vers ma route, en provenance du nord-ouest. Je crains la rencontre, je surveille, je contrôle et me prépare à la douche. Mais un petit vent semble souffler du sud et ne me retarde en rien. J’ai donc tôt fait de parcourir la distance prévue. Et sans une goutte d’eau. Au sol le vent est très important et je me hâte d’attacher Charlie. J’ai la chance qu’un pilote soit là pour laver son avion, et il m’aide en roulant les plots. D’habitude, je fais le plein dès mon arrivée, quand c’est possible. Mais là, je n’ai pas le temps d’attendre la venue du personnel municipal.

Et le vent tombe peu à peu avec l’éloignement de la perturbation. Ça s’est joué de quelques minutes que nous soyons trempés. Après le ciel est clair et je me demande bien si je n’aurai pas dû continuer. Quand je regarderai la météo un peu plus tard, j’aurai la réponse à ma question, c’est l’orage violent sur Saskatoon, distante de seulement une centaine de km dans la direction qui est la mienne.


La prévision météo est très mauvaise pour demain avec des rafales à 40kt dans la tempête, j’en profiterai pour me reposer, boire à volonté, manger un peu plus que d’habitude, à l’hôtel pour bénéficier du confort et d’internet aussi pour rester en lien avec vous.

8 juillet 2011


Je profite de ce moment pour visiter un peu la ville d’Humboldt. Petite ville d’environ 5000 habitants, qui connait des extrêmes de températures entre -40 et +40°C entre l’hiver et l’été. Riche terre de cultures, les productions locales sont tant végétales (céréales, canola, lin, pois, seigle, lentilles, graines à canaris) qu’animales, j’ai pu le constater en survolant des exploitations odorantes ! C’est une ville qui s’est développée depuis la fin du 19ème siècle grâce à sa gare d’abord puis à sa station de télégraphe. Mais à pied, tout est loin… le vent et la pluie se mettent de la partie, j’écourte. J’ai le temps d’écrire, de dormir, de passer un long moment de conversation avec mes amis et ma famille, de mettre à jour mon calendrier de voyage, de préparer ma route, pour demain probablement.

Mais demain, j’ai aussi un rendez-vous important sur Skype avec la France, à l’occasion du 8ème rassemblement annuel national des femmes pilotes d’ulm organisé par Sylviane Chamu, à Abbeville en Picardie. Nous sommes plus de 550 femmes pilotes et élèves-pilotes d’ulm en France sur les 14.000 licenciés. Le président de la fédération française d’ulm, Dominique Méreuze, n’a manqué aucun de ces rassemblements depuis le premier en 2004. Merci aussi à Monique Bouvier d’organiser le développement de l’ulm au féminin.


Pendant que j’écrivais cela, un nuage de grêle s’est abattu sur la ville. Les grêlons avaient la dimension d’une phalange de petit doigt et la durée de la précipitation a été de d’au moins 3 mn. Je suis allée voir Charlie, il va très bien.

Si demain matin il fait toujours aussi beau, je continuerai avant le prochain front d’orages qui arrive.

  • Stage 7 - July 7, 2011 - Wascam Sk – Humboldt Sk- 247km 2:27 flight (moy100) Total : 2832km

5am wake up to the Celine shipments, prepare my way with weather, etc.. I even have the pleasure of joining my family during the lunch break in France.

At 8am I’m ready for the meeting with employees of the city of Wascam. They have to pick me up at the hotel and help me up the wing.


Meanwhile, an all black Mooney out of nowhere arises. Beautiful plane ! Arrival at the airport, I can see it has not rained at night. The sun is already hot. Some people around the Mooney. A gentleman helped me up my wing down yesterday as a precaution while huge cumulonimbus inflated away. When everyone left, I want to resume operations in a more methodical preparation. My eyes are drawn to a close movement.

It’s a deer. He pledged the airspace. He looks at me, surprised, forks, made a detour and returned in the expected direction after crossing the track. But he looked before crossing and as he was reassured, he even made a small break in the middle !


I am ready at 9.30. Towards the west, it does’t change. The weather does’t provide the fair on my way, I will not go farther than Humboldt. Moreover, throughout the morning, I see cloud formations provided. And this time, I am wary of my GPS, rain indicated to the right of the road, would it not already left ?

The beginning is peaceful, very little wind and a very gentle air. I take great pleasure in flying these stretches flat as a sheet of paper, except that they are provided with a multitude of more or less wet holes that give a particular shape to the landscape. The shapes, colors are beautiful in the light of this sunny morning. Working the earth is slowed down by constant maneuvering between these water holes unusable. I have the opportunity to fly out of the road, however, goes straight through to Saskatoon Humboldt. Canola is starting to turn yellow. And most of the other plots are barely worked, or not yet. It must be said that the climate is cold longer in the spring. That snowmelt brings a lot of moisture and this year the rains were very important in the prairies. Massive flooding occurred. I have pleasure to smell a lot of different flavor. In the bush, it was not so mush diversity.

A mid-term, the clouds are clearly up to my way from the northwest. I fear the game, I watch, I control and am preparing to shower. But a little wind seems to blow from the south and I am not in any way delay. So I quickly set to travel the distance. And without a drop of water. On the ground the wind is very important and I hasten to attach Charlie. I am fortunate that a pilot is there to wash his plane, and he helps me in rolling pin. Usually, I take gas just after landing, when possible. But, I do not have time to wait for the arrival of the municipal staff.


And the wind falls gradually with distance from the disturbance. It came a few minutes we are soaked. After the sky is clear and I wonder if I would not have continued. When I look at the weather a little later, I have the answer to my question ; there is severe storm of Saskatoon, only a hundred km in the direction that is mine.

The weather forecast is very bad for tomorrow with gusts to 40kt in the storm, I want to rest, drink at will, eat a little more than usual, to the hotel for the convenience of the Internet and also stay connected with you.

July 8, 2011

I take the time to visit little town of Humboldt. Small town of 5000 inhabitants, who knows the extremes of temperatures from -40 to 40 ° C between winter and summer. Rich land of culture, local products are both plant (cereals, canola, flax, peas, rye, lentils, canary seed) and animal, I have seen flying over farms fragrant ! It is a city that has developed since the late 19th century due to its station and its first telegraph station. But walk away, is far ... the wind and rain start of the game, i go back. I have time to write, sleep, spend a long time talking to my friends and family to update my travel schedule, prepare my way, probably tomorrow.


But tomorrow, I also have an important appointment on Skype with France, at the eighth annual meeting of the National Women pilots ulm organized by Sylviane Chamu at Abbeville in Picardy. We are more than 550 female pilots of ultra light in France on the 14,000 pilots of ultra light identified. The President of the French Federation of Ulm, Dominique Méreuze has missed any of these gatherings since the first in 2004. Monique Bouvier thank you to organize the development of the feminine ulm.

While I was writing this, a cloud of hail hit the city. The hailstones were the size of a phalanx of little finger and the duration of the precipitation was less than 3 minutes. I went to see Charlie, he’s fine.

If tomorrow there is still so beautiful, I will continue before the next storm front coming.


Commentaires

mardi 14 février 2012 à 09h22

13 juillet 2011, par odile
hello Sonny, so good to have news on forum. i think to you and your family, and all friends who guest me during these trips. it’s marvelous to have friends in few grounds. i have great memories of Nova Scotia. i wish you’ll pass great moments with your family during summer, have a good time with Kevin in flight. Hello Kevin. By

mardi 14 février 2012 à 09h22

13 juillet 2011, par Sonny H.
Odile, I am pleased to see that you are flying safely to the west. It must be nice to be able to turn the heat on when you get cold. Ronald our youngest son was home for a week very nice Visit] We expect Kevin To be here soon for a visit. Fly avec caution and best wishes. Sonny

mardi 14 février 2012 à 09h22

12 juillet 2011, par odile
Welcome to all Americans who visit the site today.
étonnantes les prairies, non ? vous les imaginiez comme ça ? c’est magnifique ! le vent décoiffe un peu quand même... si ça continue comme cela, j’aborderai bientôt la montagne. pensez à regarder le spot pour me suivre, et si vous avez besoin de plus d’explications sur le spot, regardez la nouvelle rubrique : spot instructions.

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
195009 depuis le début
2084 visiteurs actuellement connectés