Etape 11 - Slave Lake Ab

mardi 19 juillet 2011
popularité : 10%

  • Etape 11 – mercredi 13 juillet 2011- Slave Lake Ab – Fairview Ab- 261km 2h24 (moy 109km/h)

Lever 5h pour constater que le ciel est aussi bas que la veille. Mais les prévisions laissent penser que le plafond va s’élever un peu après midi. De toutes façons, j’ai rendez-vous avec Emeline qui prend le travail à 8h15, donc je me prépare et j’attendrai sur place. L’aéroport a une grosse activité et il est toujours intéressant de voir ce qui se passe.


J’en profite pour faire un peu d’entretien de Charlie, remplacer quelques entretoises caoutchouc qui se sont écrasées, mettre un cache au radiateur pour maintenir une bonne température, scotcher une durit qui protège le câble de frein, etc. Le hangar est tranquille, chacun vaque à ses occupations entre les jeux des quatre chiens qui sont là. Vers midi, on peut constater un peu plus de clarté, comme si l’épaisseur des nuages permettait à la lumière de passer. Je surveille, le sud, le nord et l’est sont encore très noirs et les nuages lèchent le peu de relief. Vers l’ouest, c’est un peu plus ouvert, clair. Les nuages bas disparaissent à l’ouest. Je décide de partir, au moins à High Prairie, environ 100km le long du lac. Si je dois avoir du brouillard, ce sera là. Je pourrai toujours me poser dans un champ, je sais en trouver puisque je suis passée ici il y a deux ans, dans l’autre sens en revenant de Fort St-John. Les prévisions ne sont pas optimistes mais les metar de Slave Lake et de Peace River s’améliorent, notamment au niveau de la hauteur et de la densité des nuages et du plafond. J’ai maintenant 4° de différence entre la température et le point de rosée, c’est beaucoup mieux.


Quand je suis prête à partir tout le personnel de CanWest est là, y compris le manager qui avait pris la décision d’accueillir Charlie hier. Je remercie, je salue, Emeline apporte les compléments d’information, et je décolle direction High Prairie et plus si c’est possible Peace River . Au décollage, je vois un peu de ce qui reste des quartiers brulés. Ce matin, avec Emeline, nous étions passées par la rocade, le cataclysme est impressionnant, on ne peut pas imaginer les traces que peut laisser un feu : maisons rasées puisqu’elles sont en bois, voitures fondues et tordues, etc. même ceux qui avaient des coffres forts spéciaux pour le feu ne les ont pas retrouvés. Les quartiers ont été sécurisés et les services de déblaiement commencent seulement depuis cette semaine à raser les lieux.


Les traces de feu m’accompagnent le long du lac pendant une vingtaine de km. C’est à ce moment que la température se fait plus importante et que le soleil semble vouloir percer. Mais il me faudra encore une bonne cinquantaine de km pour voir vraiment les choses s’améliorer. Pendant ce temps, j’ai dépassé High Prairie et décidé de continuer en direction de Fairview plutôt que de Peace River, le temps parait plus beau dans cette direction. Je survole des champs de canola (colza local tout OGM) en fleur, les senteurs me parviennent en plus des couleurs bien affirmées. Je traverse deux rivières, dont la Peace River. Je garde un superbe souvenir de cette rivière.


Rivière ou fleuve ? Difficile à dire, ici les rivières peuvent avoir plusieurs noms, un à la source, un autre après une confluence où les deux changent de nom, traverser un lac et en ressortir à plusieurs centaines de km, parfois deux rivières ont le même nom, alors que faut-il dire ? les anglophones n’ont qu’un mot, river, nous, on distingue la rivière du fleuve par le fait que le fleuve se jette dans la mer. Les rivières ne sont que des affluents des fleuves.


En tout cas, elle m’impressionne toujours autant. Au loin, les nuages montent…


Arrivée à Fairview, posé sur piste en dur sans problème. Quelqu’un tond la pelouse. J’essaie de faire le plein, le poste est automatique à carte bancaire, j’ai pourtant l’habitude, mais ici, je ne comprends pas les consignes. Je vais chercher de l’aide.


C’est Brian Noulette qui m’aide. Puis il met son hangar vide actuellement à la disposition de Charlie car les orages risquent d’éclater cette nuit. Puis il m’accompagne en ville. Il passe un flot de coups de téléphones à ses amis. Et me voilà invitée à visiter l’avion de Rob Campbell, un superbe Piper PA46 turboprop, puis le Canso que Henry Dechant et d’autres remettent en état. Ils ont même un site ! savethecanso.com Le Canso est un avion construit au Canada, plus connu en Europe sous le nom de Catalina. C’est un avion amphibie qui a servi durant la deuxième guerre mondiale pour la surveillance, la récupération de troupes, à la fin de la guerre il a été transformé en bombardier d’eau pour la lutte contre les feux de forêt. C’est dans cette fonction que celui-ci a coulé en 2001, près d’Inuvik lors d’un remplissage de soutes dans 100 ft d’eau. Il a été renfloué, ses moteurs ont été récupérés et il a été abandonné. C’est cette épave qui est donc en cours de restauration.

  • Stage 11 - Wednesday, July 13, 2011 - Slave Lake Ab - Ab-261km 2:24 Fairview (avg 109km / h)

Sunrise 5 am to find that the sky is as low as the previous day. But forecasts suggest that the ceiling will rise a little after noon. Anyway, I have an appointment with Emeline who has job at 8:15, so I prepare and wait there. The airport has a big business and it is always interesting to see what happens.

I take this opportunity to do some maintenance Charlie, replace some rubber spacers that are crushed, cache to the radiator to maintain proper temperature, tape a hose that protects the brake cable, etc.. The hangar is quiet, everyone goes about his business between games of the four dogs that are there. Around noon, we can see a little more clarity, as if the thickness of the clouds allowed the light to pass. I watch, south, north and east are still very black clouds and lick the little relief. To the west is a bit more open, clear. Low clouds disappear to the west. I decide to leave, at least in High Prairie, about 100km along the lake. If I have to have fog, it will be there. I can always land in a field, I know to find here since I fly here two years ago, in the other direction by returning to Fort St. John. The forecasts are not optimistic but metar Slave Lake and Peace River are improving, particularly in terms of height and density of the clouds and the ceiling. I now have 4 of difference between the temperature and the dew point is much better.


When I’m ready to go all the staff of CanWest is there, including the manager who had taken the decision to host Charlie yesterday. I thank, I welcome, Emeline provides the additional information, and I took off towards High Prairie and Peace River if possible. Take-off, I see a little of what remains of the burned areas. This morning, with Emeline, we passed through the bypass, the cataclysm is impressive, we can not imagine what tracks can leave a fire, razed homes as they are made of wood, melted and twisted cars, etc.. even those with special safes to fire have not found them. The neighborhoods were safe and clearing services for this week only beginning to shave places.


I follow traces of fire along the lake for about twenty miles. The temperature is higher and the sun seems to break. But I take a good fifty km to really see things improve. Meanwhile, I passed High Prairie and decided to head towards Fairview instead of Peace River, time seems more beautiful in that direction. I fly over fields of canola (rapeseed local GMOs) in bloom, the scent reaches me much more assertive colors. I cross two rivers, including the Peace River. I keep a wonderful memory of that river. It always impresses me as much. In the distance, clouds rise ...


Arrival in Fairview, placed on paved runway with no problem. Someone mows the lawn. I try to fill the position is automatic credit card, I used yet, but here I don’t understand the instructions. I seek help.

Brian helps me . Then he puts his empty hangar currently available to Charlie because the storms are likely to explode tonight. Then he accompanied me to town. He spent a flood of phone calls to his friends and newspaper. And here I am invited to visit the aircraft Rob Campbell, a superb Piper PA46 turboprop and the Canso by Henry Dechant and others overhaul. They even have a site ! savethecanso.com

The Canso is an aircraft built in Canada, better known in Europe under the name of Catalina. It is an amphibious aircraft that served during World War II to monitor the recovery of troops at the end of the war it was converted into water bomber to fight against forest fires. It is in this function that it sank in 2001 near Inuvik at a filling bunkers in 100 ft of water. It was refloated, the engines were recovered and it was abandoned. This is the wreck that is being restored.


Commentaires

mardi 14 février 2012 à 09h21

20 juillet 2011, par BOUVIER
Site à visiter : Ballade guépard
bonjour Odile. C’est Sylviane et Monique en balade guépard. Je vois que tu as aussi du mauvais temps, ce doit être général !!!Idem en France. Le rassemblement d’Abbeville ,où nous avons eu beaucoup d’inquiétudes vu la MTO a été réussi malgré tout car, nous avons compté 34 participantes, dont Patou qui est venue en auto (et a décidé d’arrêter le compète), Emma de Sémur qui a fait demi tour devant un immense grain ...Nous avons été heureuses de t’avoir en ligne. J’ai emmené Sylviane à un rassemblement à COUHE, organisé cette année sur le thème des femmes pilotes. Nous y avons cotoyer des femmes pilotes avion de renom. Le temps y a été particulièrement pluvieux et venteux !!! Vu le temps et les prévis, nous sommes en train de remonter sur Abbeville, au lieu de faire la ballade que nous avions prévue jusqu’à samedi .. dommage.. Et sommes bloquées ce matin à L’Aigle (basse normandie), couvert et bruine !! On attend, dans un chalet super sympa et le guépard est à l’abri ! Bons vols à toi et à bientôt

mardi 14 février 2012 à 09h20

20 juillet 2011, par odile
je suis arrivée à Fort Nelson hier (vous trouverez sur le spot où c’est). le temps est trop fort pour moi aujourd’hui, à l’assaut des montagnes, 25kt de vent de face, 35kt de rafales et sérèves turbulences. Mais je suis accueillie par Rod, tout va bien. j’attends une petite fenêtre de vol pour continuer, même si ce n’est pas une longue étape. Rod m’a donné ses points d’atterrissage éventuels en dehors des aéroports officiels.

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
193360 depuis le début
383 visiteurs actuellement connectés