Etape 17 - Dawson City Yt

mercredi 3 août 2011
popularité : 100%

  • Etape 17 – 28 juillet 2011 – Dawson City Yt –à Eagle Plains Yt - 386 km – en 4h08- (moy : 93km/h)

Ce matin le temps semble un peu meilleur, mais je crains le développement rapide des cumulus. Départ pour l’aéroport aussi vite que possible. Le plafond est encore bas. J’attends à l’aéroport dans le bureau de la météo et du contrôle aérien. Les dames qui en sont chargées sont charmantes et pleines d’humour, mais attentives à ce que j’ai les meilleures conditions d’attente et de vol. Celle du matin me tire les prévisions, cartes, metar et taf, et les actualisations. Elle demande à chaque pilote qui va dans le nord les conditions qu’il a rencontré et si le col passe.


Quand tout est bon, vers midi, c’est l’heure de la relève. Elles sont deux à choyer. Plan de vol en français avec le centre de Québec, un peu surpris de la demande. Préparation. Et c’est parti avec les encouragements de « la tour ». Trop gentil !


Curieusement, les conditions sont plus menaçantes dans la vallée que plus haut. Je distingue bien la montagne avec seulement quelques petits cumulus alors que les pluies commencent le temps de remonter vers l’est. J’ai juste le temps d’y échapper et je suis une grande vallée majestueuse qui m’amène assez vite au point le plus haut de mon itinéraire du jour. Je vole à 7500ft et je profite d’un spectacle de roches édentées. En dessous, la route est minuscule mais je suis surprise d’y voir quand même un certain nombre de véhicules. Je pense qu’il en passe bien entre 5 et 10 par heure, ce qui est rassurant. j’ai fait un voyage incroyable par les paysages, la solitude, quelle merveille de nature, comme on est petit....


La beauté du paysage est saisissante, je comprends mieux les personnes qui parlent de cette route avec un peu de mots, juste avec des pensées, un air presque mystique, qui les laisse sans voix. Je pense aussi à la grande course de la Yukon Quest, 1000 miles, qui passe par des endroits aussi terribles en Alaska. De l’autre coté de cette chaine, d’autres chaines moins hautes, étonnantes par la couleur et la forme des monts. Plus aucune végétation ne semble exister ici. Des mousses, des marécages, des maigres arbrisseaux probablement, mais je ne fais qu’imaginer, je ne me pose pas sur les pistes qui jalonnent la route car l’hélice de Charlie a déjà beaucoup souffert sur les pistes en gravel et je veux la préserver encore.


Les cumulus se chargent au loin, j’ai l’impression que la Dempster Road est préservée. Oui, mais. Quand elle quitte le cours de la rivière qu’elle suivait depuis le col, les pluies commencent à apparaitre alentour, un peu partout. Je surveille les bases, l’épaisseur, les hauteurs de nuages au-dessus quand je peux entre deux cumulus. Les choses s’enveniment un peu. Je prends une première douche alors qu’il me reste une demi-heure de route. Puis une seconde plus intense et plus longue 10mn plus tard. Je suis à deux kilomètres d’Eagle Plains, le terrain est à 20km de plus. Je décide de ne pas aller plus loin car je ne suis pas sure d’y arriver.


Je fais un tour au-dessus d’Eagle Plains pour reconnaitre les lieux. C’est une station service avec hôtel le long de la route. Je dois me poser au plus près car la route n’est pas droite du tout à cet endroit, donc on ne me voit pas forcément de loin. Je repère une voiture vers le nord et un camion vers le sud à faible distance. Il faut faire vite entre les véhicules et la pluie. Les panneaux routiers sont énormes ici du fait des quantités de neige qui tombent en hiver. Il faut viser dans une section sans piquets car la route n’est pas large. Heureusement que je ne vois pas d’en haut les deux ravins qui la jouxtent, je ne sais pas si j’aurai osé !


Ça passe, sur une route bien compactée et assez lisse, arrondie et en courbe ! je peux vous dire que les ravins ont une double action, celle d’attrait puisqu’on les regarde et qu’on a tendance à aller là où on regarde, et celle répulsive car on tient à soi !


Surprise pour les personnes du lieu, et pour habiter ici, en plein désert arctique, ils en ont vu d’autres ! je fais le plein à la pompe, dans une position bizarre pour un tuyau de pompe voiture donc court. Igor, un photographe d’art vient me souhaiter la bienvenue. J’arrête là mon plan de vol, du moins pour le moment. Et je prépare Charlie pour l’orage qui risque d’arriver vite. Le monsieur de la station service fait en sorte que tout se passe au mieux et m’aide autant qu’il le peut car il n’est pas prévu d’accueillir des avions ici quand même.


Quand il fera à nouveau assez beau pour voler, vers 8h du soir, il me parait trop tard. Mais c’est oublier qu’ici, le soleil ne se couche pas vraiment.



  • Step 17 to 28 July 2011 - Dawson City to Eagle Plains Yt Yt - 386 km - in 4:08-(Avg : 93km / h)


This morning, the time seems a little better, but I fear the rapid development of cumulus. Departure for the airport as quickly as possible. The ceiling is still low. I’m waiting at the airport in the office of the weather and air traffic control. The ladies who are responsible are charming and humorous, but attentive to what I have the best waiting and flight. The lady drew the forecasts, maps, METAR and TAF, and updates. She requires each pilot who is flying in the north he met the conditions and if the pass goes.


When everything is good, around noon, it’s time for the next crew. They are both ! Flight plan with the French center of Quebec, a little surprised by the request. Preparation. And go with the encouragement of "the tower". Too nice !


Curiously, the conditions are more threatening in the valley above. I segregates the mountain with only a few small cumulus clouds, while the rains have time to go back to the east. I just have time to escape and I’m in a big majestic valley that leads quickly to the highest point of my day’s itinerary. I fly at 7500ft and I take a show of rock toothless. Below, the road is tiny but I am surprised to still see a number of vehicles. I think it goes well between 5 and 10 per hour, which is reassuring. I made an incredible journey through the landscape, loneliness, what a wonder of nature, as i am small ....


The scenery is stunning, I better understand people who speak this way with a few words, just with thoughts, an almost mystical air, which leaves them speechless. I also think the 1000 miles Sled Dog Race the Yukon Quest, which goes through so difficult places in Alaska. On the other side of the range, other ranges so high, the amazing color and shape of the mountains. No vegetation seems to exist here. Moss, wetlands, shrubs probably scarce, but I do imagine, I do not land on the runways along the route because Charlie’s propeller has already suffered a lot on gravel tracks and I want to preserve.


The cumulus take care off, I feel that the Dempster Road is preserved. Yes, but. When it leaves the course of the river it followed from the pass, the rains begin to appear all around, everywhere. I watch the basics, thickness, height of clouds above when I can between cumulus.


Things get a little. I take a shower first while I still have half an hour away. Then a second more intense and longer 10 minutes later. I’m two miles from Eagle Plains, the airstrip is 20km from over. I decide not to go further because I’m not sure to get there. I walk around on top of Eagle Plains to recognize the scene. It’s a gas station and hotel along the road. I must ask myself as close as the road is not straight at all here, so we do not always see me from afar.


I spot a car to the north and a truck to the south a short distance. We must act quickly between vehicles and the rain. The road signs here are enormous because of the quantities of snow falling in winter. The aim should be in a section without rods because the road is very thiny. Fortunately I do not see from above that the two adjacent ravines, I do not know if I dared !


It goes on a road well compacted and quite smooth, rounded and curved ! I can tell you that the ravines have a dual action, since the attractive looks and we tend to go where you look, and the repulsive because it is self !

Surprise to the people of the place, and to live here in the desert, arctic, they have seen more ! I fill up at the pump, in a strange position for a hose pump car so short. Igor, an art photographer came to welcome me. I stop my flight plan, at least for now. I prepare Charlie for the storm is likely to happen quickly. The gentleman in the service station shall ensure that all goes well and helps me as much as possible because it is not intended to accommodate aircraft here anyway. When it is again good enough to steal, to 8 pm, I think it’s too late. But it is forgotten here, the sun doesn’t set really.



Commentaires

Logo de Serge
samedi 7 avril 2012 à 20h08 - par  Serge

Bravo Odile ! Ca c’est de l’aventure ! Ca donne le goût de voyager en ULM de ce genre.
à +,
Serge.

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
195009 depuis le début
2087 visiteurs actuellement connectés