Etape 21 - Dawson City Yt

jeudi 11 août 2011
par  Céline
popularité : 1%

  • Etape 21 – le 4 aout 2011 – Dawson City – Pelly Crossing - 230km 3h17 moy : 70km/h

La matinée s’annonce belle mais des pluies sont attendues pour la mi-journée. Je profite de ce créneau pour partir tôt.


Toujours aussi remarquablement bien accueillie par les dames de la météo et de la tour à Dawson. Quelle gentillesse, et en plus j’en repars un peu plus savante car elles n’étaient avares de dire les choses.

Pourtant, je peux vous dire qu’elles ne chôment pas entre les tâches liées à l’information trafic et celles liées à l’observation météo. Mais, c’était fait avec une bonne humeur et une considération des personnes, évidentes. Merci Mesdames !


Donc départ bien informée dans un trafic déjà bien établi. Les turbulences dues au relief sont terribles au décollage dans ce boyau. Une fois que j’ai dépassé le sommet de la montagne, c’est beaucoup mieux. Mais elles ne me laisseront pas vraiment tranquille durant tout le trajet. Et le vent de face ralentit beaucoup ma progression. Il fait froid. Et je loue encore une fois la présence de mes vêtements chauffants. Mais je ne sais pas pourquoi, ils ne fonctionnent pas comme précédemment. A l’arrivée, je constaterai qu’une surchauffe a eu lieu faute d’avoir effectué le bon branchement. Ils sont devenus inutilisables.

Je reprends exactement le même trajet qu’à l’aller. Je n’ai pas le choix non plus, c’est celui de la Klondike High Way. Mais c’est à l’envers. Je dis souvent qu’en vol, on ne se retourne pas assez souvent. Là, je fais les deux sens. Mais la lumière est mauvaise, d’abord parce que je vais à l’est, donc vers le levant et ensuite parce que c’est très voilé.


Finalement, j’abandonne à Pelly Crossing du fait des rafales devenues trop importantes. Je me pose sur une petite piste en gravel qui ne semble pas très utilisée. J’apprendrai que même les services d’urgence médicale ne l’utilisent que très peu du fait de ses qualités médiocres et notamment de sa petitesse.

J’essaie de brêler Charlie au mieux et au plus vite. Je descends même l’aile et j’encapuchonne Charlie dans sa bâche. Quand tout est correct, il pleut depuis quelques temps déjà. Je prends mon courage et pars sous la pluie au village qui paraissait tellement proche en vol ! il me faudra quand même environ quatre km pour le rejoindre. Je traverse la rivière Pelly, qui est beaucoup plus importante, elle aussi, qu’elle ne me paraissait en vol.


L’histoire locale est celle d’un village indien et de son intégration dans le monde moderne, tout en cultivant son histoire. Au Canada, chaque ville, chaque communauté a son muséum ou son heritage. L’histoire des deux communautés y est racontée, et entretenue. Ici, les compétences locales s’expriment sous la forme de vêtements indiens en peau, de décor de perles encore très utilisés, de tissages à la main, d’atelier de peinture, le tout magnifique et fait localement. Des ateliers sont même organisés pour montrer à qui veut bien savoir.

Ensuite je passe à l’épicerie-station service-motel. Comme partout ailleurs sauf qu’ici, la boutique est manifestement utilisée très différemment, plutôt comme un lieu commun où on passe une partie de la journée, à consommer, à parler, à tuer le temps aussi. D’ailleurs, tout est prévu pour avec une salle avec tables, chaises et bancs (scellés au sol) destinées à qui veut y faire une pause. C’est une vie de village et peu importe les clients de passage. Ceux-là se servent l’essence, achètent à l’épicerie, éventuellement font chauffer au micro-onde leurs achats et s’en vont. La vie passe.

J’ai du mal à trouver de l’aide pour remonter de l’essence jusqu’à l’aéroport local. C’est le boss du complexe local qui accepte de me monter 40l d’essence à condition que j’achète un bidon, lui se chargera d’acheter le deuxième, et ainsi il en aura deux de réserve ! J’accepte le marché.

Mais le vent et ses rafales ne tombent que vers 9h du soir. Il est trop tard pour aller plus loin.

  • Stage 21 - August 4, 2011 - Dawson City - Pelly Crossing - 230km 3:17 Avg : 70km / h

Morning looks beautiful but forecast suppose rain is for mid-day. I decide to leave early.


Still remarkably well received by the ladies of the weather and the tower in Dawson. What kind, and yet, I’m leaving a little more clever because they were greedy to say things. However, they have a lot of work between tasks related to traffic information and those related to weather observation. But it was done with good humor and consideration of people, obvious. Thank you ladies !

So starting in a well-informed traffic already well established. Turbulence due to relief is terrible take-off between these both mountains. Once I passed the top of the mountain is much better. But they will not let me really quiet throughout the day. And the headwind slowed my progress a lot. It’s cold. And I commend again the presence of my heated clothing. But I do not know why they do not work as before. On arrival, I found tan overheating because I have made the right connection. They have become unusable.

I take exactly the same way as the first leg. I have no choice either, is that of the Klondike High Way. But it upside down. I often say that during flight, we does not turn quite often. Here I am back. But the light is poor, primarily because I’m going east, then eastward and then because it’s very veiled.


Finally, I leave to Pelly Crossing because of the gusts became too great. I wonder on a small gravel track that does not seem widely used. I learn that even the emergency medical services use very little because of its poor quality and in particular it is so small.

I try tiedown Charlie and faster. I go down the same wing and take Charlie in his blanquet. When everything is correct, it rains for some time. I take my courage and go in the rain to the village that seemed so close in flight ! I will still have about four kilometers to join him. I cross the Pelly River, which is much larger, than it seemed in flight.

Local history is that of an Indian village and its integration in the modern world, while cultivating its history. In Canada, every city, every community has a museum or heritage. The story of the two communities is told, and maintained. Here, local skills expressed in the form of clothing Indian skin, decorated with pearls still used, hand weaving, paint shop, all beautiful and made locally. Workshops are well organized to show who wants to know.


Then I go to the grocery store-gas station-motel. Like everywhere else except here, the shop is clearly used very differently, more as a common place where we spent part of the day, to eat, speak, to kill time too. In fact, everything is provided with a room with tables, chairs and benches (sealed on the ground) for who wants to take a break. It is a village life and whatever transient guests. Those are using gasoline, buy groceries, possibly make in the microwave heating their purchases and leave. Life happens.

I can’t easaly find help to go back with gas of the local airport. This is the local boss of the complex who is willing to get me 40l of gas if I buy a can, he will take charge of buying the second, and so there he will have two cans ! I agree the market.


But the wind gusts only fall to 9 pm. It is too late to go further.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
190679 depuis le début
186 visiteurs actuellement connectés