Etape 26 - Watson Lake Yt

vendredi 19 août 2011
par  Céline
popularité : 11%

  • Etape 26 – 10 aout 2011 – Watson Lake à Fort Nelson – 456 km – 4h 5mn ; moy 112

Le matin, j’arrive vers 7h45, je retrouve Chester, il est au travail depuis 6h. Il a vu un seul vol pour un avitaillement d’un avion privé à turbine qui sera ce soir à Toronto.


C’est décidé, je ne prendrai pas la petite route vers le sud, je continuerai à suivre l’Alaska HighWay aujourd’hui.


Moi, je prépare Charlie, on n’a pas de grandes ambitions tous les deux, mais on avance notre bonhomme de chemin en prenant le temps de voir ce qu’on survole et même de le savourer. Et c’est bien ainsi.


A 8h40 c’est parti, et cette fois Chester est tout content de bien m’entendre, nous échangeons jusqu’en sortie de zone sans difficulté, lieu, altitude, je l’entends prévenir un avion. Donc tout va bien. La large vallée de la rivière Liard apparait dans le soleil levant très brumeuse et bleutée. Le relief du sol me semble redoutable, mais je ne m’écarte pas de la route au-delà de ce qu’il me faudrait pour l’atteindre en cas d’arrêt moteur. Je vois même des sections de travaux, des « bouchons » d’une dizaine de véhicules sur l’Alaska HighWay, et oui, c’est encore elle. Ici aussi, on ne dispose que de quatre mois pour faire les travaux entre les gelées. Il faut faire vite, même si les touristes et les routiers sont retenus.


Le relief monte peu à peu, s’accentue, les monts se dénudent. Quand la HW quitte le lit de la rivière Liard, c’est le début de la haute montagne en suivant une étroite vallée glaciaire. Comme d’habitude, je me situe au-dessus des crêtes, dans la partie la plus ensoleillée. Donc je me trouve au-dessus de l’autre coté par rapport à l’aller, ce qui est complètement différent. Le spectacle est majestueux avec tous les anciens glaciers dénudés et vides, où seules quelques traces infimes de glace subsistent. Spectacle extraordinaire du relief mis à nu, et des traces de l’existence de ces glaciers… la couleur de la pierre, ses rondeurs, ses angles et ses cicatrices.


Un grand moment de découverte et de bonheur. Je n’ai pas assez de mes deux yeux. Heureusement, les cumulus commencent juste à se former et je monte avec eux pour éviter les turbulences. C’est deux heures de contemplation.


J’arrive au-dessus de Toad River. Cette fois deux avions sont en bout de piste. Mais je ne m’arrête pas, j’ai suffisamment d’essence et je suis déjà très haut pour éviter les plus grosses turbulences. Elles étaient annoncées, je dois donc y prendre garde, surtout à ce confluent de vallées où se situe Toad River. . . pendant quelques minutes, le gps enregistre une vitesse moyenne de 200km/h, le temps que je fasse un grand cercle pour mieux m’imprégner de ce paysage fabuleux.


Après je continuerai de monter jusqu’à 11.000ft pour passer les derniers cols, ceux qui à l’aller m’avaient posé le plus de difficultés mais n’avaient pas demandé une aussi importante élévation. C’est toujours un merveilleux spectacle que je quitte à regret car je sais que c’est la fin des montagnes pour moi cette année.


Descente triste vers Fort Nelson mais qui demande beaucoup d’attention vu la violence des déclenchements de thermiques. J’aurai même besoin de remettre les gaz à l’approche de la piste de Rod, tellement ça bougeait. Je crois bien que c’est la première fois cette année !


Retrouvailles avec Rod, heureux de me revoir et que je sois arrivée à Inuvik. Il doit partir demain en vacances mais laisse à ma disposition la cabane de chantier et la voiture ! il prend le temps de regarder les cartes avec moi pour la suite du voyage possible. Merci Rod.


Je file vers l’aéroport dire au revoir à Marielle qui part à Edmonton à 4h. Marielle me fait cadeau des piles au lithium qu’elle s’est procuré pour le Spot, elle est devenue accro du suivi ! et elle me fait faire connaissance de Pat, le Captain qui se marie en France en septembre dans un petit village proche de Tonnerre en Bourgogne.

Demain je ne volerai certainement pas, des orages forts sont prévus tout autour.

  • Step 26 to 10 August 2011 - Watson Lake to Fort Nelson - 456 km - 4h 5min ; Avg 112

In the morning I get to 7:45, I found Chester, he is at work since 6am. He saw one flight refueling for a private jet turbine that will be tonight in Toronto.


It’s decided, I will not take the small road to the south, I will continue to follow the Alaska Highway today.


I prepare Charlie, no great ambitions both, but we advance our merry way by taking the time to see what we are flying and even enjoy it. And rightly so.


At 8:40 we go, and this time Chester is glad to get along, until we exchange out of zone without difficulty, location, altitude, I hear it prevent an airplane. So all is well. The broad valley of the Liard River in the rising sun appears very hazy and bluish. The relief of the ground seems daunting, but I have not departed from the road beyond what I would have to reach in case of engine shutdown. I see sections of constructions, "plugs" of a dozen vehicles on the Alaska Highway. Here too, just four months to work between frosts. it must act quickly, even if the tourists and the drivers are retained.


The terrain rises gradually, the mountains are bare. When the HW leaves the bed of the Liard River is the beginning of the high mountains along the narrow glacial valley and Muncho Lake. As usual, I stand above the peaks in the sunniest part. So I am over the other side against the first way, which is completely different. The show is magnificent with all the ancient glaciers bare and empty, where only a few traces of ice remain. Extraordinary spectacle of the relief laid bare, and traces of the existence of these glaciers ... the color of the stone, its curves, angles and scars.


A great moment of discovery and happiness. I do not have enough of my two eyes. Fortunately, the cumulus just beginning to form and I go with them to avoid turbulence. It’s two hours of contemplation.

I reach the top of Toad River. This time two aircraft are in the end of runway. But I do not stop, I have enough gas and I’m already very high to avoid the moderate turbulence. They were announced, so I have to be careful, especially at this confluence of valleys is Toad River. . . for a few minutes, the GPS records an average speed of 200km / h, the time I did a big circle to better soak up the fabulous scenery.


In fact after I will continue to go up 11.000ft to spend the last passes, those who asked me to go the more difficult but had not requested such an important elevation. It is always a wonderful show that I leave with regret because I know it’s the end of the mountains for me this year. Sad descent to Fort Nelson, but that requires a lot of attention because the violence of thermal triggers. I still need to take full power and go around to the approach of the Rod’strip, so it move. I believe this is the first time this year !


Reunion with Rod, glad to see us and I am arriving in Inuvik. He must leave tomorrow on vacation, but leaves at my disposal the site hut and the car ! He takes the time to look at the maps with me for the rest of the trip possible. Thank you Rod.


I’m off to the airport to say goodbye to Marielle which starts at 4 to Edmonton. Marielle gave me a gift of lithium batteries she had purchased for the Spot, she became hooked on tracking ! and she makes me get to know Pat, the Captain who married in France in September in a small village near Tonnerre in Burgundy.

Tomorrow I will certainly not fly, strong thunderstorms are expected all around.



Commentaires

Logo de Serge
jeudi 26 avril 2012 à 17h38 - par  Serge

Ah, elles sont de retour. Je commençais à m’inquiéter ! _ :-)

Logo de Serge
dimanche 22 avril 2012 à 02h24 - par  Serge

Odile, on ne voit plus les images.

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
193360 depuis le début
383 visiteurs actuellement connectés