3ème semaine : après la réussite aux examens de base, course aux papiers

vendredi 3 juillet 2009
par  Céline
popularité : 100%


  • Dimanche 5 juillet :

Vol de 13 à 15h avec Charlie, toujours pas de signal spot. Le vol est difficile du fait des conditions MTO, cumulus, vent modéré avec rafales, et j’ai froid. Vent traversier, je me pose à la deuxième tentative.

Juste après, je pars pour 2h de vol avec Guy en Sinus, nous survolons les Laurentides et notamment le lac où il m’invite à une partie de pêche demain. Le paysage est une merveille. A l’occasion de la recherche de thermiques, nous en trouvons une où tourne déjà un pygargue, cet aigle à tête et queue blanches, fétiche de étasuniens. J’ai le temps d’apprécier le Sinus qui est un appareil fabuleux dont peu de propriétaires savent exploiter les capacités de vol en termes de planeur, je découvre la dextérité qu’il faut avoir et la complicité du vario qui couine quand il est satisfait !

Le soir trois dromadaires se posent à St-Hyacinthe pour refueler (ici on dit puisque l’essence se dit gas en anglais comme en québécois).

Je suis invitée à une journée de pêche demain dans les Laurentides.

Les prévisions de la semaine me laissent entrevoir un départ possible mercredi, nous partirions à 2 machines avec Bernard et un élève jusqu’à Ottawa, 2h de vol.

  • Fin de la 3ème semaine

Ici tout se passe bien dans une ambiance sereine et pleine d’humour. D’ailleurs les Québécois sont des personnes dont la plupart est pétrie d’humour et c’est très agréable. On rit beaucoup.

Vendredi : fin du montage du parachute. Conformément aux recommandations de Jean-Michel Dizier, si je dois tirer, la roquette évitera le carénage de roue. Guy a fait une adaptation particulière qui semble très efficace.

Le soir : bbq avec voisins volants et famille. Nous faisons la préparation ensemble, les uns aux moyens techniques, les autres aux préparations culinaires. L’ambiance est chaleureuse. Echange de recettes, je découvre des alliances de saveurs inconnues. Nous passons une excellente soirée qui se termine, comme en France par des blagues grivoises autour du feu, qui a obligé à refermer le cercle devant le froid et surtout l’ardeur du vent. Finalement, c’est la pluie qui met fin aux festivités.

Samedi fignolages gps, je monte le deuxième, celui que m’a prêté Louis. Montage de l’antenne MTO, par Guy, c’est un homme de parole et qui sait travailler tranquillement, régulièrement. Nous finissons la journée devant les cartes à préparer les passages les plus hostiles puisqu’il est déjà allé jusqu’à Vancouver en Sinus. Il mesure la difficulté et me fait bénéficier de son expérience.

Dans l’après-midi, je passe du temps avec des Bretons de Morlaix : Laurent Plassard et sa compagne. Ils sont en voyage au Québec. Des moments sympathiques…



  • Mercredi 1er juillet.

Les jours fériés sont rares au Canada, mais au Québec, deux se suivent à une semaine d’intervalle, après la fête de la St-Jean, plus provinciale que fédérale, ce mercredi est la fête nationale du Canada.

Depuis vendredi 26 juin, jour où j’ai eu l’examen théorique de pilote, il me faut attendre les documents provisoires. Tout cela peut encore demander un peu de temps, mais tout va bientôt être en ordre. J’ai dû faire faire des photos « de passeport » pour le permis. Il s’agit de photos faites chez un photographe accrédité par l’administration, en studio. Quand il m’a demandé de sortir les lunettes, les boucles d’oreille puis le collier, je me suis bien demandé où tout cela allait s’arrêter !

Pendant ce temps, je me concentre sur les détails techniques : approche du GPS, du Spot, essais de chargement, etc. il faut dire que le temps est pourri et que je n’avance pas comme j’aimerai.

Pour le Spot, ce n’est pas encore gagné. J’ai fait deux essais, l’un en voiture et l’autre en vol. Un seul point a été enregistré lors du vol. Je l’avais placé dans une poche, ce n’est peut-être pas encore suffisamment exposé aux satellites.

Pour le GPS, deux essais également. Le premier, panique à bord. Le deuxième, j’avais plus joué avec comme me l’avait indiqué Sylvain, un pilote d’avion ultra-léger surdoué en la matière ou surentraîné, et c’était beaucoup mieux. Ma trace m’a suivie et je suis arrivée là où j’avais choisi d’aller et de revenir ! ce n’est qu’un début, je dois entretenir le jeu !

Pour le parachute, les choses avancent. Le vendeur, un pilote de Dromadaire actuellement occupé par l’extinction des feux de forêts au New-Brunswick, est revenu passer trois jours à St-Hyacinthe du fait de la pluie continuelle sur ces territoires. Il est probable qu’il pourra poser le parachute avant vendredi, jour de son nouveau départ vers la côte Est. Pour lui, la meilleure sécurité pour un voyage en pendulaire dans ces contrées hostiles à condition de pouvoir voler, car le climat n’en laisse pas toujours la possibilité, c’est de suivre les routes.

En matière d’informatique, une belle avancée aussi, je peux me connecter sans fil et sur serveur ! Les choses commencent à rentrer dans l’ordre. Il reste encore quelques petites contraintes à voir.

Pour le reste, j’essaie d’aider un peu Bernard qui passe beaucoup de temps pour moi. La mauvaise météo l’a ramené vers son bâtiment et il a repris l’avancement de ses travaux pour enfin habiter son hangar un jour. Vaste chantier !

Dans ces photos, le « bâtiment » côté route, celui au toit bleu le plus foncé : l’habitation est devant, ce sont les locaux mis à ma disposition.



Et vue des pistes (dur et bassin) :




La semaine prochaine ma fille Céline rejoint son frère Jean au Canada avec sa famille. C’est plein d’espoir de bons moments en perspective. Je les rejoindrai dès que possible, en territoire anglophone… pour le moment c’est encore une perspective qui m’angoisse, je vous en dirai plus une prochaine fois.

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
195009 depuis le début
4490 visiteurs actuellement connectés