À un mois du départ

dimanche 17 mai 2009
par  Céline
popularité : 100%

  • À un mois du départ, que se passe-t-il ?

Je viens enfin (le 14 mai) de recevoir l’autorisation de m’absenter du travail demandée début février. Moi, j’avais une obligation de prévenir 4 mois avant la date de départ ! Entre nous, j’avais quand même réservé mes billets d’avion depuis beaucoup plus longtemps, mais, chut, faut pas le dire.

À propos du travail, on prépare l’absence, on passe en revue tous les dossiers, on en clôt un certain nombre, on envisage le pire, on prévient, on rassure, oui je reviendrai après, et pas seulement pour quelques jours. Confiance !

Où en sont les préparatifs ?
La campagne de sollicitation entamée le mois dernier porte ses fruits. Pas tout à fait comme je l’avais imaginé. Je passe des heures au téléphone et derrière mon écran à répondre aux appels ! Entre ceux qui doutent et ceux qui proposent, mon moral vacille et saute du plus bas au plus haut, mais j’ai compris que chacun mesure à l’aune de son expérience et que, de toute façon, je peux en faire quelque chose. Je classe, je fais des tris. Je fais des connaissances extraordinaires, je retrouve des amis perdus, et je continue à vivre avec ceux que j’apprécie ! J’avais déjà compris que ce voyage m’apportait beaucoup par ce que j’apprenais durant cette préparation, mais là, c’est du bonheur au quotidien dans la rencontre. Je commence à dire au revoir à certains, notamment à ceux que je risque de ne pas retrouver au retour.

En termes de subventions, nous avons reçu les deux premières cette semaine, d’amis ! C’est pas beau ? Et puis d’autres sous la forme de prêt de matériel, et d’autres encore en contacts, adresses… d’où ces échanges nombreux, divers.

Techniquement, les listes de matériel à prévoir, à acheter en France et celle à différer au Canada se clarifient. J’ai enfin trouvé un mode de réflexion : j’ai pensé à l’encombrement et au poids que je pourrai transporter d’abord en avion de ligne, et après sur mon ulm. Vous m’imaginez avec une ou des valises rigides sur l’ulm ? Non, bien sûr, alors un sac à dos ? Ok, mais limite 60 litres ! C’est quoi 60 litres ? Comment on évalue ? Et en poids ? C’est petit… mais beaucoup quand il faut le porter, demandez à ceux qui font de la montagne !

Je dois aussi apprendre à me servir de tout ce qui est nouveau pour moi. Là, je vois bien que je savais me passer de beaucoup de choses en vol, et que cela ne va pas pouvoir continuer en terrain hostile. La reine de la carte en France avec tous nos repères au sol, facile ! Mais au canada, entre lacs et lacs, entre routes au carré et routes au carré ? Mais, je ne suis pas fana de technique et le fait est que je ne comprends pas tout des technologies nouvelles. Dur, dur, je sens bien que l’âge limite au moins l’acquisition de la mémoire. Heureusement, je peux compter sur quelques personnes qui m’apportent leurs compétences, j’apprécie.

En ce qui concerne l’aéronautique. Je continue de voler aussi souvent que cette préparation m’en laisse le loisir après le travail. Mais j’apprends aussi tous azimuts : l’anglais et la radio aéronautique en anglais afin de passer les examens canadiens dès mon arrivée, merci Sylvain. Je lis, j’écoute, je « repeat after me ». Pas facile, mais c’est de plus en plus clair, 4/5.

Merci aussi à Morgan, le médecin urgentiste qui m’aide dans cette préparation. Mais je dois lire, noter, réfléchir, etc. dommage qu’il ne puisse pas le faire à ma place. C’est vrai, il ne connaît ni l’ulm, ni le Canada, par contre, les randonnées extrêmes, il sait ! Alors à deux, on compose.

Un autre constat, le temps de sommeil se raréfie ! Mes sept à huit heures quotidiennes se sont volatilisées, faisant place à quatre heures, voire cinq par nuit. Parfois, le samedi ou le dimanche j’arrive à faire entre un et trois quart d’heure de sieste, et je repars toute neuve. La tête a besoin de réfléchir, la vigilance est intense, il faut penser à tout ou presque.

Le site, ça y est, il est sur les rails, Céline s’en occupe avec Dominique de la médiathèque de Plouguerneau.

La semaine 21, mon ulm part, bien rangé et immobilisé dans ses caisses. Il m’attendra à St-Hyacinthe, près de Montréal.



  • At one month of departure, what’s going on ?

I have finally (May 14) of receive permission to be absent from work requested in early February. Me, I had an obligation to prevent 4 months before the departure date ! Between us, even when I booked my flight tickets from more long, but shhh, do not tell.

About the work is prepared no, we reviewed all cases, we closed a number, we consider the worst, it warns, is reassuring, yes I will come after, not only for a few days. Trust !

Where are the preparations ?
The solicitation campaign started last month is bearing fruit. Not quite exactly as I had imagined. I spend hours on the phone and behind my screen to answer calls ! Among those who doubt and those who offer my moral flickers and jumps from lowest to highest, but I understood that each measure in terms of experience and, anyway, I can do something. I class, I’m sorting. I make extraordinary knowledge, I find lost friends, and I continue to live I like those ! I already understood that this trip brought me much by what I learned during this preparation, but that’s the everyday happiness in the meeting. I begin to say goodbye to some, especially those that I might not find at home.

In terms of subsidies, we have received the first two this week, friends ! It is not beautiful ? And then others in the form of loan equipment, and others in contacts, addresses ... where these exchanges many, others.

Technically, lists equipment to provide, to buy in France and one in Canada to defer to clarify. I finally found a way of thinking : I thought the bulk and weight I can carry the first plane line, and after my microlight. You imagine me with a bag or rigid on ulm ? No, of course, then a backpack ? Ok, but limit 60 liters ! What is 60 liters ? How we assess ? And weight ? It’s small ... but when to much wear, ask those who make mountain !

I also teach me use of all that is new to me. There I see that I knew I without much in flight, and that it will not be able to continue in hostile terrain. The Queen of France map with all our landmarks, Easy ! But in Canada, between lakes and lakes, between highways and roads to the square to square ? But I’m not buff technique and the fact is that I do not understand any technology news. Hard, hard, I feel that the age limit at least the acquisition of memory. Fortunately, I can count on a few people bring me skills, appreciate.

As regards aviation. I continue to fly as often as this preparation gives me the leisure after work. But I also learn all directions : the English and aeronautical radio in English to pass the exams since my Canadian arrival, thank you Sylvain. I read, listen, I "repeat after me." Not easy, but it is increasingly clear, 4 / 5.

And thank you to Morgan, the doctor urgent help me in this preparation. But I have read, record, reflect, etc.. pity he could not do it for me. True, he knows nor ulm, nor Canada, by cons, extreme rides, he knows ! Then two, we composed.

Another observation, time Sleep is scarce ! My seven to eight hours daily have been lost, making up to four hours, or five per night. Sometimes on Saturday or Sunday I get to do between one and three quarter hour nap, and I ’m leaving brand new. The head needs to consider, vigilance is intense, it need to think about almost everything.

The site, there it is, it is on the rails, Celine cares with Dominique de Plouguerneau of the library.

Week 21, ulm my hand, although stored and locked in its coffers. There waiting for me at St-Hyacinthe, near Montreal.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
195009 depuis le début
2089 visiteurs actuellement connectés