Journée bateau

vendredi 17 mai 2013
par  Céline
popularité : 100%

25 avril, journée bateau.

Ce matin, j’avais un rendez-vous téléphonique avec France Bleue Bourgogne. Invitée par Sophie de Courtivron que j’apprécie beaucoup. Sophie, vous vous souvenez, le livre dont je vous avais parlé : « Le nez au vent » 2 Encres Eds. Sophie, journaliste de son état, a écrit ce livre suite à son tour du monde à pieds, à vélos, en train et en bateau, seule et sans autre assistance que celle qu’elle a connue tout au long de son voyage. Jamais en avion !!!! C’est ce qui nous différencie quand même. L’année dernière, elle a descendu le : Zambèze en canoën sur plus de mille kilomètres. Elle présentera un film aux Écrans de l’aventure à Dijon, cet automne. Sa célébrité est mise en valeur ce 1er mai par France Bleue Bourgogne lors d’une interview d’une heure. Elle avait trois personnes à inviter, et elle me fait l’honneur d’être parmi ces trois-là !


Il me fallait un téléphone fixe à une heure précise. La conciergerie de la résidence de la NASA avait mis à ma disposition le poste téléphonique de la salle d’accueil. À l’heure dite, la journaliste Stéphanie Quenon, m’a appelée et nous avons passé une demi-heure à échanger sur nombres de sujets. En repartant, je suis interpellée par un copain de l’équipe qui est à pied, comme moi. Sauf que lui, il a été bloqué à la porte du site de la NASA, refoulé faute de permis de conduire à montrer au poste de garde. Comme je suis munie de mon permis international bien que je sois piétonne, je vais donc récupérer la voiture.


J’arrive à temps pour assurer le rendez-vous en vue de partir faire de la voile sur la baie. C’est à l’invitation d’Anthony Sandberg, fana d’énergie solaire, et qui possède une école de voile haut de gamme à Berkeley : OSCS Sailing. Nous voilà donc partis à une dizaine répartis en deux bateaux. Il met à notre disposition des bateaux de régate de 10,5m, des J105 pour les connaisseurs, un skipper par bateau, l’équipement de confort et de sécurité, la glacière, le tout pour 3h durant.


Nous nous préparons sous un ciel couvert et frais mais le vent est tranquille. La baie de San Francisco nous offre une belle découverte. Berkeley se situe en face de SF de l’autre coté de la baie, vers l’Est. Bien sûr, nous avons le vent de face en partant vers le Pacifique et nous l’aurons de dos au retour.


Nous n’avons quand même pas le temps de quitter la baie. Mais nous faisons route à deux pendant un moment, bien sûr, avec un sous entendu de compétition avec l’autre bateau, les copains sont devenus les adversaires à battre. Et puis, nous avons l’avantage d’avoir vu Artémis, le concurrent d’Oracle à l’entraînement et nous nous séparons. Artémis est un bateau suédois. Il filait à une vitesse incroyable, entouré de vedettes très rapides, quant au gabarit, on le voyait de loin, et on comprend que les performances soient au niveau de ses dimensions aussi. Notre skipper a pu nous raconter qu’un soir de mauvais temps, Artémis avait demandé l’hospitalité à Oracle, sur son quai à SF où nous l’avons visité. Le lendemain, les vedettes qui l’accompagnaient avaient été recouvertes d’autocollants aux armes d’Oracle.


Pendant ce temps, nous naviguions près de San Francisco, nous avons fait le tour d’Alcatraz, traversé le sillage de portes-containers, tiré des bords qui nous faisaient découvrir le paysage. Bien sûr le Golden Gate était de plus en plus proche. Nous avons pu voir comment les porte-containers sortaient de la baie. Tous ne sont pas accompagnés par un remorqueur ou un bateau pilote. En Californie, un capitaine peut être reconnu capable de le faire sans aide.

Nous avons pu voir des lions de mers qui faisaient sécher une nageoire en l’air tout en dormant dans l’eau, les petits pingouins noir et blanc aux pattes noires qui volent, des cormorans et des goélands bien sûr. Le soleil s’est levé à mi route, effet de marée ?, et nous avons commencé à sortir les vêtements. Laurent avait très envie de faire un exercice d’homme à la mer, histoire de prendre un petit bain, mais il s’est sagement retenu. Nous filions vent de dos et c’était très agréable. Nous avons découvert un site de raffinerie sur le bord de la baie, où toutes les cuves étaient teintes de couleur terre et passaient presque inaperçues, c’est la forme qui nous a intrigués. La lumière nous révélait les alentours de manière très différente, mettant du relief dans les couleurs, de la limpidité dans la lumière.


Sous l’œil vigilant de notre skipper, nous avons barré chacun à notre tour, et participé aux manœuvres. Laurent, qui a déjà traversé l’océan Indien en temps que skipper, nous expliquait plein de choses avant chaque manœuvre et posait plein de questions au skipper.

Les trois heures nous ont paru brèves. Au retour, moment chaleureux avec notre hôte qui nous offre une bière (ou plus).

On ne peut que dire merci avec toute la gratitude à la hauteur des moments vécus.


Ensuite, nous en avons profité pour aller manger américain (burger) dans Beverley, car il était quand même 16h. Nous étions proches de l’université, le paysage était superbe avec des arbres immenses, c’était magnifique. Les feux du carrefour proche déversaient régulièrement des flots de jeunes dans les deux sens de la rue montante. Tranquilles, paisibles comme à San Francisco.


Retour par l’ouest par le Bay Bridge en direction de SF. Le pont était rempli, il était l’heure des retours, nous avons donc eu le temps de suivre les cinq voies de circulation saturées pendant pas mal de temps. Nous avons pu remarquer que le sens de circulation vers l’ouest était celui le plus élevé, nous pouvions donc admirer l’architecture du pont. Nous surplombions la baie et découvrions son trafic navigant commercial très important.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
195009 depuis le début
2084 visiteurs actuellement connectés