Phoenix

dimanche 26 mai 2013
par  Odile
popularité : 1%

Phoenix – Arizona en abrégé : Phx Az

La ville de Phoenix est située en Arizona. Au sud de l’état, la frontière est celle avec le Mexique. C’est une frontière passoire. La gouverneur de l’Arizona, républicaine, a une politique de défi avec les migrants, qualifiée de cruelle par les citoyens américains eux-mêmes. L’esclavage est ici un fléau social reconnu autant que celui de la drogue.

L’Arizona est à 9h de décalage horaire en été avec la France sur la plupart de son territoire. En effet, bien que ne faisant pas partie du fuseau horaire de l’heure du Pacifique (-9h) mais de celui de l’heure standard de la montagne (-8h), l’Arizona n’applique pas l’heure d’été contrairement par exemple à son voisin du nord, l’Utah. Ainsi, l’heure officielle ici est la même qu’en Californie en été, du moins dans le sud de l’Etat. Et quand on passe en Utah et dans la région du Grand Canyon, au nord de l’Arizona, on ne sait plus où on en est car le soleil lui, ne se soucie pas de cela pour inonder les vallées de sa lumière, à la bonne heure !

Le fleuve Colorado traverse l’Arizona dans le sens descendant NE-SW vers le golfe de Californie. Mais s’il est très long, il garde un débit très modeste.

Malgré le désert qui constitue la majorité de son étendue, l’Arizona est un état riche. Sa richesse tient en quelques mots, c’est la règle des 5C : Cattle, cotton, copper, citrus, climat.
• Le bétail
• Le coton
• Le cuivre
• Les agrumes
• Le climat.

Phoenix est une oasis plus ou moins artificielle.

Phoenix est la cinquième ville des États-Unis de par ses dimensions : 120 km par 80, sans centre ville, seulement un poignée d’immeubles de plusieurs niveaux. Elle ressemble à Paris dans le sens où elle contient une foule de petites communes dotées d’une certaine autonomie et de leurs propres élus locaux. C’est ainsi que Paradise Valley a décidé de ne pas avoir d’éclairage public à part 4 réverbères à chaque croisement équipé de feux tricolores, ce qui est très acceptable avec des rues en général limitées à 40 M/h soit environ 70 km/h. Toutefois, la grande différence est que l’habitat y est extrêmement diffus. Alors, traverser Phoenix est une affaire qui demande du temps malgré ses autoroutes à cinq voies en général. On sait qu’on est proche de la sortie quand l’autoroute réduit le nombre de ses voies, et qu’on en est sortis quand elle n’a plus que deux voies et que les routes sont à deux sens comme chez nous, enfin presque. La voiture est donc indispensable bien qu’on voit quelques lignes isolées de tram et de trains sans conducteur. Et les parkings sont très nombreux, immenses, le plus souvent vides ou peu occupés.

Une des grandes différences est la décoration de la ville. Elle est couleur locale, ce qui n’est pas peu dire. On y trouve très peu de pelouses (arrosées la nuit) qui font place à des décors de cailloux, sables, concassés de couleurs différentes entre rose, blanc, beige… et où fleurissent des cactus de toute beauté, des palmiers multiples et très bien entretenus en général. Des décors minéraux agrémentent aussi les parterres qui ne contiennent pas de terre ! Et les édifices sont pour la plupart agrémentés de frises d’inspiration indienne. La température y est importante et la pluie seulement présente une trentaine de jours par an. Ces temps-ci nous vivons entre 35 et 40°C le jour. En degrés Fahrenheit, c’est 100. Avec une humidité de 5% seulement, ce qui rend la chaleur brulante mais très facile à supporter.

Phoenix est une ville sûre du fait qu’elle n’est pas sujette aux tremblements de terre, aux éruptions volcaniques ni aux ouragans et tornades. Elle est prisée pour cette sécurité, la chaleur, et le calme de la ville par les américains qui peuvent y avoir une résidence secondaire. On y vit bien. De grandes auberges luxueuses offrent des séjours de relaxation et de détente de très haut niveau de luxe.

La population de Phoenix est majoritairement d’origine latino mais on constate aussi une migration asiatique. On ne voit pas de natifs ou je ne les ai pas reconnus. La cuisine est riche de ce mélange d’origines diverses, le burger n’est pas le maître du lieu. Et la musique dans les lieux publics est aussi affaire de sensibilités locales : on trouve plus facilement de la musique mexicaine ou latino que de rock et je n’ai que peu entendu de country.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
190679 depuis le début
184 visiteurs actuellement connectés