Virée en Harley

dimanche 26 mai 2013
par  Odile
popularité : 21%

Virée moto en Arizona. 7 mai 2013

Hier, les copains off ont loué pour 24h des Harley Davidson et sont allés découvrir l’arrière pays touristique de Phoenix tout l’après-midi. Nos horaires de présence nous permettent donc d’alterner aujourd’hui ; et ce matin, je peux en profiter.


Départ 6h30 car le travail attend certains d’entre nous à partir de 13h. Il fait beau et doux, comme tous les jours à cette heure ici. Après un petit tour de parking de l’hôtel où nous résidons, je suis prête à prendre la route. Il ya bientôt 40 ans que je n’ai pas piloté une moto, et une Harley, ça ne m’est jamais arrivé. C’est une 103 pouces cubes, soit une 1700 cc. La puissance y est mais elle est lourde à l’arrêt !!! Le bruit spécifique à la marque nous ravit. Nous avons la possibilité de piloter sans casque, y compris sur les autoroutes.


Nous voilà partis, à 4 motos, vers l’est pour découvrir le début des canyons. Je prends sagement la queue le temps que tous les réflexes se remettent en place. 40 mn d’autoroute 5 voies et nous bifurquons vers le nord.


Au programme : une ville-fantôme, autrement dit, un village de mineurs des années 1900 reconstitué. C’est comme dans les films, et pour cause, il sert aussi pour des tournages. Normalement, un certain nombre de commerçants y vit des fruits du tourisme. Mais en y arrivant si tôt, l’étrangeté d’un village inanimé nous séduit tout de suite. Nous le parcourons à pieds, tranquillement, tout en découvrant la végétation locale particulièrement hostile et si belle : cactus en tous genres et arbrisseaux piquants, fleurs. Je suis étonnée du nombre, des variétés et des couleurs des multiples fleurs du désert.


Nous reprenons notre route vers la montagne et les lacs artificiels construits pour retenir l’eau et produire de l’électricité. Les routes sinueuses sont comme chez nous, à deux voies pas très larges. Nous nous amusons dans les lacets qui montent et descendent. La garde au sol avec les engins de cette marque est très limitée, nous restons prudents dans les balancés, on a vite fait de frotter.

Canyon Lake. Pose baignade pour certains, tenue d’Adam de rigueur. L’eau est froide et revigorante, mais je m’abstiens.


Nous continuons vers Tortilla Flat. Peu avant le village, un port sur le canyon donne une idée de la vie aquatique qui doit régner en temps de loisirs. Des quantités de bateaux sont hébergés sous les hangars flottants. C’est le seul endroit où nous pouvons trouver de l’essence.


Tortilla Flat. Le long de la route, coté montagne, une ligne d’échoppes, de l’autre coté, la nature sauvage du petit cours d’eau libéré. Le café du coin, a la particularité d’avoir la totalité de ses murs recouverts de billets d’un dollar. On nous a affirmé qu’il y en avait près de 125.000. On nous sert avec le colt à la ceinture.


Cette nature est superbe, la roche rose est parfois jaunie par des lichens, le sable est ocre, la végétation rare et principalement constituée, comme dans les films, de cactus cierges. Il leur faut presque une centaine d’année pour atteindre 3m, et parfois ils en font au moins quatre. Le cadre est grandiose, et chacun peut imaginer sa richesse. La Montagne de la Superstition, c’est le domaine Appache, mais nous n’avons pas le temps de nous en imprégner vraiment. On sent bien que la vie devait être très difficile ici, elle ne manquait pas de piquant ! Dommage, mais il ne tient qu’à chacun d’y revenir, à pied cette fois !



Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
193360 depuis le début
383 visiteurs actuellement connectés