Le projet et ses objectifs

lundi 18 mai 2009
par  Céline
popularité : 100%



Je prépare un formidable voyage au Canada : la traversée d’est en ouest et retour, en ULM pendulaire seule et sans assistance.

Il s’agit d’un voyage dont l’itinéraire n’est volontairement pas fixé. Il se déroulera en fonction du réseau de relations tissé, je pense avancer d’aérodromes publics en piste privée.

  • Les objectifs

Voler aussi souvent que le temps le permet ; le plaisir du voyage, de la découverte et de la rencontre ; l’exigence de parler anglais du fait de la solitude.

S’il ne s’agit pas d’établir un record, le défi existe tout de même. Il réside d’abord en moi mais aussi dans le mode de déplacement et dans le choix d’être seule et sans assistance, ce qui implique d’entrer en contact avec les autres pour comprendre les habitants du pays.

L’aventure sera dans la nouveauté continuelle, l’adaptation dont je devrais faire preuve, la proximité de mes limites d’autant plus en étant souvent seule.

Tisser une toile de relations locales, générer de l’envie tant chez ceux qui n’osent pas voler loin, que chez ceux qui n’ont jamais imaginé voler ; provoquer des échanges aéronautiques.

J’espère approcher l’aéronautique canadienne dont la réputation en France est importante, par son histoire, son industrie aéronautique Canadair, Bombardier et d’autres, sa tradition des vols de brousse. Cette année, le centenaire du premier vol contrôlé est fêté au Canada pendant qu’en France c’est le centenaire de la première traversée de la Manche par Blériot.

J’ai un intérêt aussi pour la découverte des traces du passé et du présent vues du ciel : grandes plaines à bisons, les mines, etc. En vol, j’ai toujours eu un attrait particulier pour les voies d’eau, la découverte de réseau hydraulique, qui révèle la géographie, son incidence sur le pays… mon empathie pour les Amérindiens me fait espérer les rencontrer.

De plus, je prévois de partager ces découvertes et des temps de vol. C’est un besoin de partage, d’échange et d’équité avec ceux qui m’accueilleront.

Je souhaite faire de la photo, organiser des contacts et rester en contact aussi avec ceux pour qui je compte, familles, amis, écoles, médiathèques, associations. A cet effet, je renseignerai régulièrement le site construit par ma fille.

Toutefois, le petit nombre d’ulm au Canada, la très grande étendue, les difficultés climatiques, le fait que peu de pilotes d’ulm aient tenté ce type de voyage, (certainement aussi du fait de congés plus restreints au Canada), amènent certains à penser que ce type de randonnée reste du domaine de l’exceptionnel.

I make a great trip to Canada : the crossing from east to west and back, ULM pendulum alone and without assistance.

It is a journey whose itinerary is deliberately not set. It will take place according to the network of relationships established, I think forward airfields public private airstrip.

  • The objectives

Fly as often as time permits, the pleasure of the journey of discovery and meeting, the requirement to speak English because of loneliness.

If this is not to establish a record, the challenge still exists. It lies primarily in me but in the mode and in choosing to be alone and without assistance, which involves coming into contact with others to understand the country’s inhabitants.

The adventure will be in the continuous innovation, adaptation I should be, close to my limits even more and are often alone.

Weaving a web of local relationships, generate envy both among those who dare not fly far, that those who have never thought off, cause of trade aéronautiques.

I approach the Canadian aviation whose reputation in France is important, for its history, aviation industry Canadair, Bombardier and others, its tradition of bush flights. This year, the centenary of the first controlled flight is celebrated in Canada while in France it is the centenary of the first crossing of the Channel by Blériot.

I have an interest also for the discovery of traces of past and present views of the sky : the Great Plains Buffalo, mining, etc.. In flight, I always had a particular attraction for the waterways, the discovery of network hydraulics, which reveals the geography, its impact on the country ... my empathy for the Indians makes me hope to meet.

In addition, I plan to share these discoveries and flight time. It is a need to share, exchange and equity with those who greet me.

I want to make the photo, organize contacts and keep in touch also with those for whom I count, families, friends, schools, libraries, associations. To this end, I regularly inquire site built by my daughter.

However, the small number of ulm in Canada, the vast extent, climatic difficulties, the fact that few drivers ulm have attempted this type of journey, (probably also due to leave smaller in Canada), lead some to believe that this type of ride is still the realm of the extraordinary.


Commentaires

mercredi 18 avril 2012 à 22h48

11 juin 2009 10:20, par Pierre-Jean le Camus
Bonjour Odile,

Un seul mot, bravo ! Le plus gros est fait : la préparation.

« La seule chose qu’on est sûr de ne pas réussir, c’est celle qu’on ne tente pas. » Paul-Emile Victor

Pierre-Jean

Navigation

Articles de la rubrique

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
194909 depuis le début
196 visiteurs actuellement connectés