Visite station météo

lundi 17 août 2009
par  Céline
popularité : 18%

  • Visite de la station météo de Golden


J’ai l’occasion de voir comment fonctionne une station météo avec personnel. Il s’agit de recueil de données locales.

Jusqu’à maintenant, je n’avais vu que des stations d’enregistrement automatique, comme à Erickson où toutes les données étaient transmises en direct par internet. A Golden, un agent est chargé de faire des observations qu’il collationne et envoie chaque heure de 6h du matin à 18h, tous les jours. Deux personnes se relaient pour couvrir la semaine, l’une fait 3 jours, l’autre 4 jours, sans alternance. Un minuteur tourne en permanence. Les heures notées sur les documents sont en heures locales. La station est fermée à clé la nuit.


Les fiches d’enregistrement des données écrites sont changées chaque jour, elles permettent de connaitre les données passées. De même, la pluie n’est enregistrée qu’à posteriori le matin et seulement dans une quantité globale d’eau (ou de neige, etc.) tombée, sans sa répartition. Alors que de jour, tout est noté.


Sur chacun des éléments sont notés la date entière et l’heure. Observation des nuages et nébulosité sur 360°, localisation, nature, altitude, hauteur, concentration, avec les termes officiels bien sûr, ceux qu’on va lire ensuite sur le bulletin METAR.

De même, la visibilité est estimée par l’observateur. Il a ses points de repères identifiés. Il ne s’agit que d’une estimation humaine. Vitesse et provenance du vent. La lecture des enregistreurs doit se faire pendant au moins deux minutes. Une moyenne est donnée. Les turbulences sont enregistrées aussi. L’anémomètre est placé au sommet d’un poteau d’une vingtaine de mètres.


L’ensoleillement est enregistré par un appareil magique. Il est constitué d’une boule de verre qui concentre ses rayons. Chaque matin, une bande de carton vert où la répartition des heures est quadrillée, est placée derrière la boule de verre orientée vers le soleil. Les rayons sont concentrés par le verre rond et viennent frapper la bande cartonnée qui se consume, parfois avec un filet de fumée, selon l’importance de l’ensoleillement. C’est certainement l’appareil le plus archaïque de la station, mais aussi le plus beau et il est d’une efficacité redoutable.


Les températures mini et maxi sont enregistrées également, et relevées au cours des observations quotidiennes. Ce sont des degrés Celsius, c’est une mutation qui est en cours au Canada depuis quelques années, c’est aussi difficile pour eux que l’euro pour nous, sauf que la température est quand même moins fréquemment utilisée que l’euro. La pression relevée en hPa est aussi une mutation, d’ailleurs dans les METAR, on ne nous fournit encore qu’une pression en pouces de mercure.


Le point de rosée est toujours joint à la température relevée. Plus ils sont proches et plus le risque de brouillard existe, c’est comme chez nous. Ils sont toujours fournis dans la météo aéronautique.


Quand tout est noté sur le papier pour archivage (et envois car la liasse quotidienne a plusieurs exemplaires), l’observateur est chargé de dégager les tendances et de faire la transcription des données de l’observation sur ordinateur, et ce après chaque relevé. Ceci permet un envoi immédiat et direct au centre de traitement à Vancouver pour un traitement global et local. C’est un organisme fédéral d’Environnement Canada, le Service Météorologique du Canada. Il publie ensuite les résultats locaux et les tendances en heures zulu de manière à ce que les pilotes aient la même référence quel que soit leur trajet. Les prévisions sont d’un autre ordre.

  • Visit the weather station Golden

I have the opportunity to see how a weather station with staff. This collection of local data.

Until now I had only seen the automatic recording stations, as Erickson where all data was transmitted live via internet. A Golden, an agent is responsible for making comments that collates and sends each hour from 6am to 18h daily. Two people take turns to cover the week, one is 3 days, another 4 days without alternation. A timer runs continuously. The hours noted on the documents are in local time. The station is locked at night.

The registration cards written data are changed every day, they can know the past data. Similarly, the rain is recorded only after the morning and only a total quantity of water (or snow, etc..) Fell without distribution. So that day, everything is noted.

On each of the elements are rated the full date and time. Observation of clouds and cloud cover over 360 °, location, type, elevation, height, concentration, with the official terms of course, those who will then read the METAR report.

Similarly, the visibility is estimated by the observer. It has its landmarks identified. This is only an estimate human. And speed from the wind. Playback recorders must be for at least two minutes. An average is given. Turbulence is also recorded. The anemometer is placed atop a pole about twenty feet.

The sunshine is recorded by a camera magic. It consists of a glass ball which concentrates its rays. Each morning, a band of green cardboard where the distribution of hours is squared, is placed behind the ball of glass facing the sun. The rays are focused by the lens round and just hit the cardboard strip that is consumed, sometimes with a wisp of smoke, depending on the size of the sun. This is certainly the most archaic unit of the station, but also the most beautiful and it is ruthlessly efficient.

The minimum and maximum temperatures were also recorded, and recorded during daily observations. These are degrees Celsius, it is a mutation that is underway in Canada in recent years is also difficult for them than for us the euro, except that the temperature is still less frequently used than the euro. System pressure in hPa is also a mutation elsewhere in the METAR, we can not yet provide a pressure in inches of mercury.

The dew point is always attached to the temperature reading. The closer they are, the more the risk of fog there, it’s like home. They are always provided in aviation weather.

When everything is recorded on paper for archiving (and for sending the packet has several copies daily), the observer is responsible for identifying trends and making the transcript of observational data on computer, and that after each statement. This allows a direct and immediate dispatch to the processing center in Vancouver for a global and local processing. It is a federal agency Environment Canada, Meteorological Service of Canada. He then publishes the local results and trends in hours Zulu so that drivers have the same reference irrespective of their journey. Forecasts are of another order.


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
182050 depuis le début
60 visiteurs actuellement connectés