Etape 26 - Moosomin, 29 août

mardi 1er septembre 2009
popularité : 1%

  • Samedi 29 août - Moosomin Sk / Lyncrest Mb - 494 km - 5h17 de vol

Lever tôt pour préparer ma route enrichie de tous les éléments glanés au cours de mes rencontres. C’est ainsi que j’irai à International Peace Garden. C’est un curieux monument installé à cheval sur la frontière avec les Etats. Dommage, la petite piste à son pied est américaine et je ne peux pas y accéder sans les autorisations nécessaires qui demandent des formalités et du temps.

Nous passons une matinée tranquille ce samedi, Rob et Maggie ne travaillent pas et se relaxent. Le temps est beau, ciel bleu. Déjeuner au restaurant comme bien souvent.

Le temps des préparatifs et les cumulus commencent à apparaître. Quand je décolle ils sont chargés…

Moments sympathiques du départ, Charlie surprend toujours et fait des admirateurs, parfois des émules.

Je pars sous les cumulus et, je ne sais pourquoi, mais quand je vois des vitesses de montée de +3 ou +4m/s, d’un seul coup, il me paraît évident que je peux en profiter pour grimper jusqu’à la base des nuages sans forcer, en profitant simplement des ascendances. Je comprends vite comment ça fonctionne et je recherche l’endroit idéal après chaque cumulus pour profiter de l’aspiration. Je prends 500 ft à chaque nuage et bientôt, je me retrouve à 5000 ft, à la base, et pour certains plus gros, je fonds même dedans. C’est excitant, ça marche à tous les coups, et je me promène ainsi vers le monument international de la paix de nuage en nuage. Je longe longtemps un pipe line. Je rencontre deux fois des vols d’oies, c’est le premier jour, j’avoue que ça m’inquiète car elles volent aux mêmes altitudes que moi, ce que je n’ai jamais vu auparavant, 5000ft c’est haut ! D’ailleurs, le froid me saisit très vite, et je ferai encore la totalité du voyage tenaillée par le froid. Pourtant, je suis bien habillée, je vais devoir trouver d’autres solutions, mais lesquelles ?

La Turtle Mountain n’est pas très haute mais ce sont des lacs et de la forêt, et je reprends mes habitudes de sécurité à suivre les routes même si je suis tentée de couper, pour si peu, 30 km, ce n’est pas grand-chose.


Le monument international de la paix n’est pas aussi beau que j’aurai pu le voir au printemps car nous sommes en fin d’été et les fleurs sont passées pour la plupart. J’aurai bien aimé me poser sur la petite piste, mais elle est manifestement de l’autre coté de la frontière, même si ce n’est que de quelques deux ou trois dizaines de mètres, d’ailleurs son numéro est très américain, on ne peut pas jouer avec eux, au risque de perdre Charlie. Je fais donc un tour côté canadien et je m’en retourne vers Winnipeg où je sais que Edith et Perry m’attendent. Nous avions fait une connaissance rapide il y un mois quand j’étais passée à Steinbach, ils arrivaient quand je partais. Mais depuis, ils m’avaient gratifiée de quelques messages…


Je repars donc vers le Nord-Est avec du vent de face. Je dois éviter des zones militaires qui me rallongent un peu. Mais, passer ici ou là, peu importe, tout est beau, et je découvre partout. Néanmoins, je suis tenaillée par le froid et je recherche un aéroport qui puisse m’accueillir avec de quoi me faire chauffer un peu d’eau, j’ai toujours du café instantané avec moi et j’en profiterai pour faire de l’essence car je ne suis pas sûre de pouvoir aller jusqu’à Winnipeg si le vent force. Je m’arrête simultanément dans trois aéroports nommés sur la carte et le GPS. Le premier, est beau, manifestement utilisé y compris par des jets puisque les trois ou quatre cuves de Jet A1 sont conséquentes. Celle de 100LL est plus discrète. Je pense que j’aurai pu faire le plein gratuitement, pas de clé, pas de switch, mais voilà… Le second est une piste d’herbe entre deux champs, magnifique mais isolée et sans installations, d’ailleurs deux avions sont en bout de piste, seuls et sans couverture. Pas de poste à essence, pas d’installation. .


Le troisième, semble miniature, proche d’un champ d’éoliennes, borde une petite ville, il contient quelques petits hangars colorés, piste en herbe comme je les aime. Je commence par les toilettes, de campagne, quand une voiture s’arrête, promptement. Quand je sors, j’ai la surprise de constater que c’est une voiture de police. Décidément, il n’y a pas deux jours qui se ressemblent ! Le policier, car ici, ils sont seuls, attend près de Charlie en essayant de comprendre. Je pense, à postériori, que la drogue est tellement le fléau au Canada, du moins dans les statistiques et la presse bien que je n’ai jamais eu ce sentiment durant mon voyage, que la police est à l’affut. J’ai du mal à me faire comprendre et c’est bien réciproque. Mais au bout d’un moment, Les, propose de m’aider à trouver de l’essence en m’accompagnant à la pompe. Pour le froid, je passe dessus, le temps m’aide un peu, mais je ne veux pas en rajouter, c’est déjà bien. Les s’intéresse à tout, comprend tout malgré mon anglais très pauvre comme il dira à la pompiste. Il veut assister à mon décollage.


Je reprends donc la direction de Lyncrest. Je n’ai pas pu téléphoner de ce fait, désirant quand même abréger la halte. Peu de temps après, les conditions météo sont très différentes, le soleil réapparait et les nuages, eux disparaissent complètement. Je passe sous la zone de contrôle de Winnipeg d’abord à 2200 ft/sol puis à 700 comme l’exige la réglementation. Mais les turbulences sont atténuées par la fin de l’après-midi et le spectacle est très agréable, très différent dans les couleurs de ce qu’il était il y a une un mois. Les travaux dans les champs sont très engagés, parfois, c’est trois machines qui coupent et plusieurs autres qui suivent ou récupèrent le grain. J’aperçois au loin, à l’Est la brousse qui rompt avec la plaine céréalière.


Winnipeg se rapproche et les immeubles les plus hauts sont manifestement plus proches quand j’aperçois un ulm qui me vient pile en face, dévie un peu sa route, mais manifestement, il me tenaille, fait un grand tour tout près de moi et se retrouve dans mon sens, à mon côté. Je comprends qu’il est venu à ma rencontre ! je le suis.


Arrivée à Lyncrest, une piste en herbe avec des flaques d’eau ! une quarantaine de hangars individuels, quelques avions à l’extérieur, un club house tout neuf et très grand. Dans le soleil de fin d’après-midi, c’est très beau. Je continue de suivre ce compagnon du silence et arrive au hangar des Chromiec. C’est un beau hangar dont le sol est en plancher ! je suis attendue par plusieurs personnes toutes heureuses de mon arrivée, elles m’on suivie toute la journée au Spot et, passé un point qu’elles ont pensé de non retour de ma part, elles ont envoyé Dale, un émissaire pour me piloter !


Nous passons des moments excellents. Edith a invité sa famille pour diner et nous faisons un repas de fête, en français, s’il vous plait car exceptionnellement, Perry, anglophone n’est pas là. Il a dû accompagner un rassemblement d’ultra-légers vers Regina. Ils vont dormir sous la tente à mi-chemin avec ceux qui viennent de Bc. Ma nuit sera peut-être la plus longue de mon voyage avec onze heures de sommeil.



  • August 29 - Moosomin Sk / Mb Lyncrest - 494 km 5:17 flight

Up early to prepare for my journey enriched with all the elements gleaned during my meetings. So go to International Peace Garden. It is a curious monument installed astride the border states. Pity the little track at its foot is American and I can not access them without the necessary permits that require the formalities and time.

We spend a quiet Saturday morning, Rob and Maggie do not work and relax. The weather is beautiful, blue sky. Lunch at the restaurant as often.

The time for preparations and cumulus clouds begin to appear. When I take off they are loaded ...

Moments nice departure, Charlie always surprises and makes fans, sometimes rivals.

I leave in the cumulus and I do not know why, but when I see speeds rise 3 or 4 m / s, one stroke, it is clear to me that I can enjoy climbing up the cloud base without force, simply taking advantage of thermals. I understand how quickly it works and I search the place after each cumulus to enjoy aspiration. I take 500 ft in each cloud and soon I found myself at 5000 ft at the base, and some larger, well I melt inside. It’s exciting, it works every time, and I walk around the monument and international peace from cloud to cloud. I walk along a long pipeline. I meet twice a flight of geese, the first day, I admit that it worries me because they fly the same altitude as me, I’ve never seen before, is 5000ft high ! Besides, the cold seized me quickly, and I still do the entire trip tortured by the cold. However, I am dressed, I’ll have to find other solutions, but why ?

Turtle Mountain is not very high but what are lakes and forests, and I resume my security habits to follow the road even if I am tempted to cut, for so little, 30 km, it is not much.

The monument of international peace is not as nice as I could see the spring because we are late summer flowers are past for most. I liked to ask me on the small track, but it is clearly the other side of the border, even if only some twenty or thirty yards, however the number is very American, can not play with them at risk of losing Charlie. So I make a turn on the Canadian side and I returned to Winnipeg where I know that Edith and Perry await me. We made a quick knowledge a month ago when I was gone in Steinbach, they came when I left. But since they rewarded me a few messages ...

So I leave to the North East with the wind. I must avoid military zones lengthen me a little. But, go here or there, whatever, everything is beautiful, and I find everywhere. However, I am tormented by the cold and I’m looking for an airport to greet me with what I boil some water, I always instant coffee with me and I want to make gasoline because I am not sure to go to Winnipeg if the wind strength. I stopped at three airports simultaneously appointed on the map and GPS. The first is fine, clearly used including jets as three or four tanks of Jet A1 are consistent. That of 100LL is more discreet. I think I could take full charge, no key, no switch, but now ... The second is a grass track between two fields, beautiful but isolated and without facilities, besides two aircraft are ultimately track, alone and unprotected. No gas station, no installation. The third appears miniature near a wind farm, bordering a small town, it contains a few small sheds colored grass strip that I like. I start with the toilet, campaigning, when a car stops quickly. When I leave, I am surprised that it’s a police car. Certainly, no two days are alike ! The policeman, because here they are alone, Charlie looks around trying to understand. I think later that the drug is so much evil in Canada, at least in the statistics and the press that I’ve never had this feeling during my trip, that the police are on the lookout. I can hardly make myself understood and it is reciprocal. But after a while, Lass, offers to help me find my own accompaniment gasoline at the pump. For the cold, I turn over, the weather helps a little, but I do not want to add is already good. Lass interested in everything, understands everything, despite my English very poor as he says to the attendant. He wants to attend my takeoff.

I resume the direction of Lyncrest. I could not call this fact, still wishing to shorten the break. Shortly after, the weather conditions are very different, the sun reappears and the clouds, they disappear completely. I passed under the control area of Winnipeg First to 2200 ft / 700 and ground as required by regulation. But the turbulence eased by late afternoon and the show is very nice, very different in color from what it was there a month. Work in the fields are very committed, sometimes it’s three machines that cut and several others that follow the grain or recovering. I see the distance to the east the bush which broke with the plain cereal.

Winnipeg is close and the highest buildings are clearly closer when I saw a microlight battery that comes in front, deflects a little his way, but obviously, I squeezed, makes a great ride all around me and found in my view, at my side. I understand he came to meet me ! I am.

Arrive Lyncrest, a grass strip with puddles of water ! forty individual warehouses, some planes outside a brand new clubhouse and extra large. In the sunshine of late afternoon, it’s very beautiful. I continue to follow this companion of silence and arrived at the hangar of Chromiec. It is a beautiful warehouse whose ground floor is in ! I am awaited by many people happy all of my arrival, they were very promptly followed all day at Spot and, after a point they thought of no return for me, they sent Dale, an emissary for me fly !

We spend great moments. Edith asked her family for dinner and we make a feast, in French, please, because unusually, Perry, English is not there. He had to accompany a collection of ultra-light near Regina. They will sleep in tents midway with those from Ga.

My night is perhaps the longest of my journey with eleven hours of sleep.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
190679 depuis le début
228 visiteurs actuellement connectés