Etape 28 - Kakabeka Falls

samedi 5 septembre 2009
popularité : 1%

  • Mardi 1er septembre : Kakabeka Falls On / Marathon On - 296 km - 2h35

Après une nuit glaciale où j’apprécie particulièrement le duvet acheté à Wetaskiwin ab, le soleil se lève sur encore une très belle journée avec petit vent d’ouest. Je suis complètement perdue dans les horaires et le matériel qui suit n’arrange pas toujours les choses quand le téléphone propose une heure qui n’est pas celle du GPS ni celle de l’ordinateur… 3 fuseaux d’un côté, 3 de l’autre, pas si facile quand en plus chaque province passe ou non à l’heure d’été, c’est vraiment compliqué car les frontières ne sont pas visibles !


Donc vers 9h, Ian vient travailler sur son avion ! il ralentit mais ne s’arrête pas, il n’a pas reconnu Charlie que j’ai mis dans le hangar en marche avant, il voit l’extrados blanc au lieu du bord d’attaque rouge. Je décide de finir mes préparatifs et d’aller le saluer ensuite pour ne pas lui faire perdre de temps. De toute façon, je ne peux pas repartir avant d’avoir fait un complément d’essence et je dois compter sur quelqu’un pour aller au village.


Mais Ian n’est venu que peu de temps avant de prendre son travail et il repart une bonne demi-heure plus tard, et là, il me reconnait. Il est trop heureux, il n’y croit pas car il a suivi mon voyage et il pensait que j’en avais encore pour quelques jours avant de passer. Ils s’en parlaient à quelques uns et m’attendaient, mais j’arrive à l’improviste… je n’ai pas voulu les déranger hier soir, mais j’aurai pu car il termine le travail à 10h, et il aurait pu passer me prendre. Quand je demande des nouvelles de Barbara, il me dit qu’elle s’est cassé le bras, je comprends qu’elle a essayé d’apprendre à voler toute seule du haut de l’escalier ! en plus l’ordinateur ne fonctionne plus, d’où la surprise. Ian doit tout faire à la maison, il prend cela avec humour.

Ian m’accompagne au village pour l’essence et un café, bien sûr. Peu de temps, mais très chaleureux, plein d’humour aussi comme Ian sait faire. Et puis il doit partir au travail.



Départ pour Marathon. C’est une petite étape de 250 en ligne droite, mais 300 km environ car je suis la HW la plupart du temps dès que j’ai passé la ville de Thunder Bay, je suis la côte du Lac Supérieur. Je me régale de ce contraste énorme entre le lac et la brousse, le relief qui se relève au fur et à mesure de ma progression. Je vole très régulièrement entre 3000 et 3600 ft pour échapper un peu aux turbulences, le vent est fort mais je l’ai la plupart du temps avec moi et je n’ai pas besoin de compenser, j’avance souvent à 125, 130 km/h. Gilles m’attendait avec impatience et surveillait ma progression au Spot, mais je le surprends quand même ! Pas de problème pour la zone de contrôle.


Julie et Gilles ont invité plein d’amis à un bbq pour souper. Ce sont des retrouvailles d’autant plus chaleureuses qu’ils sont épatés de mon voyage et fiers de partager ces moments-là avec moi. Les T-bones sont un régal, je sais que je fais des envieux en France ! Julie a fait un gâteau spécial pour moi, on m’offre du vin, on fait un feu autour duquel chacun prend place, et comme les Canadiens m’y ont habituée, humour, gentillesse, respect sont à l’honneur et nous amusons beaucoup.




Evidemment, la question de Gilles, comme celle de Ian ce matin, comme celle de Rick par eml, est toujours la même : as-tu vu un Moose (traduisez orignal) ? Et bien non, je suis au Canada depuis presque trois mois et je n’ai toujours pas vu de Moose ! Alors qu’il y en a partout au Canada, que chacun en voit un ou plusieurs par jour, moi, aucun ! à Kakabeka, il y en avait un deux jours avant sur le chemin de l’aérodrome, et un ours sur le terrain hier, ou l’inverse peut-être. Mais quand je suis là, aucun ne sort, ou je ne les vois pas.

Julie espère que je vais rester une journée de plus, mais, je dois profiter du beau temps pour avancer car je suis sûre que la côte Est me réservera des temps de brouillard ou de pluie qui me limiteront, et je dois avoir rejoint Cambridge On pour le premier tiers d’octobre. J’ai à préparer Charlie pour l’hiver avant de repartir pour l’Europe le 16.

  • Tuesday 1st September : Kakabeka Falls On / On Marathon - 296 km - 2:35

After a cold night when I particularly appreciate the down bought Wetaskiwin AB, the sun rises on another beautiful day with little wind from the west. I am completely lost in time and equipment that does not always read things when the phone offers a time that is not the GPS or the computer ... 3 time on one side, 3 of other, not so easy when each province and more passes or not DST is really complicated because the borders are not visible !

So around 9 am, Ian is working on his plane ! it slows down but does not stop, he did not recognize Charlie that I put in the shed forward, he sees the upper white instead of red edge. I decided to finish my preparations and then go and greet him not to waste time. Anyway, I can not leave before having an additional fuel and I have to rely on someone to go to the village.

But Ian came only shortly before taking his job and he leaves a good half-hour later, and there he recognizes me. He is too happy, he does not believe it because he has followed my journey and thought I still had a few days before moving. They would talk to some and waiting for me, but I can suddenly ... I do not want to disturb them last night, but because I could finish work at 10am, and could have pick me up. When I asked for news of Barbara, he said it broke his arm, I understand that she has tried to learn to fly alone from the top of the stairs ! plus the computer does not work, hence the surprise. Ian must do everything at home, he took it with humor.

Ian with me to the village for gasoline and coffee, of course. Not long, but very warm, humorous also like Ian can do. And then he must go to work.

Check for Marathon. It is a small step 250 in a straight line, but 300 km away because I am the HW mostly when I passed the city of Thunder Bay, I am the coast of Lake Superior. I enjoy this enormous contrast between the lake and bush terrain that rises gradually to measure my progress. I fly very regularly between 3000 and 3600 ft to escape a little turbulence, the wind is strong but I have most of the time with me and I did not need to compensate, often I go to 125, 130 km / h. Gilles waiting impatiently and watched my progression Spot, but I catch anyway ! No problem for the control area.

Julie and Gilles have invited lots of friends at a bbq for dinner. The reunions are more warm they are impressed with my journey and proud to share these moments with me. The T-bones are a treat, I know I’m envious of France ! Julie made a special cake for me, it gives me the wine, we made a fire around which each takes place, as Canadians have accustomed myself, humor, kindness and respect are honored and we have a good time .

Obviously, the question of Gilles, like Ian this morning, like Rick by eml is always the same : have you seen a Moose (moose translate) ? And no, I’m in Canada for almost three months and I still have not seen a Moose ! Then there are across Canada, each sees one or more per day, me, no ! at Kakabeka, there was a two days before on the road to the airfield, and a bear on the field yesterday, or the opposite perhaps. But when I’m there, none comes out, or I do not see them.

Julie hopes that I’ll stay one more day, but I do enjoy the good weather to move because I’m sure the East Coast I reserve the fog or rain that will limit me, and I must have joined Cambridge is to the first third of October. I have Charlie to prepare for winter before leaving for Europe on 16.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
190679 depuis le début
228 visiteurs actuellement connectés