Etape 29 - Marathon

dimanche 6 septembre 2009
popularité : 8%

  • Mercredi 2 septembre - Marathon /Sudbury - 610 km - 5h30

Hier, avec Gilles, nous avions pris le temps de préparer ma route. En effet, je pensais passer par le nord, remonter sur la route Timmins. Mais la veille, Gilles a fait une expérience en accompagnant Dyane (quand j’étais passée la première fois, Dyane m’avait amenée en randonnée pour découvrir un Moose) à Sudbury où elle a trouvé son nouvel emploi. Ils ont suivi des routes de brousse au plus court et il est revenu en bus. Il a bien observé la route et est sûr que je pourrais la suivre, ce serait la plus rapide. Je prépare donc ma route, en comparant, en recherchant les lieux où je peux refueler car je reste très prudente en pensant toujours que je dois pouvoir modifier mon trajet, revenir sur mes pas éventuellement au cas où je trouverais des conditions météo défavorables. Avec l’expérience acquise, la confiance que j’ai en Gilles, je décide de prendre cette route et ce matin, je prépare mon GPS avec des points de repères liés aux croisements de route, un peu comme j’ai appris dans la préparation à la compétition en mai. Avec Diane, je suivais un tracé préparé par Georges et Laurent ; là, c’est moi qui dois inventer le tracé.



Les routes que je dois suivre aujourd’hui sont tellement petites sur ma carte qu’elles n’ont pas de numéro. Mais je dois être rigoureuse, la brousse donne un grand sentiment d’isolement. L’objectif pour la journée est de retrouver Dyane dans ses nouveaux appartements à Sudbury. Quand je suis prête, Julie m’accompagne à l’aéroport où plusieurs personnes nous retrouvent pour être simplement présentes pour mon départ. Je prépare Charlie et ce sont les au-revoir chaleureux sous un soleil généreux.


Mon vol commence sous un vent qui me pousse vaillamment, les turbulences sont énormes malgré le ciel bleu. Des cumulus commencent à se développer. Je dois continuellement compenser à gauche. Il fait froid, c’est l’influence du lac Supérieur et de l’altitude. A Wawa, tout se passe bien, ils se souviennent de moi et un jeune stagiaire qui parle français m’accueille efficacement. Je fais le plein, je m’inquiète de l’aéroport de la zone de Sudbury car il existe sur les documents officiels mais mon GPS ne le connait pas. Ils sont formels, on vérifie sur les suppléments de vol (les cartes VAC d’ici) pas de souci, l’aéroport de Coniston existe bien, ils me conseillent de prendre les coordonnées GPS et de les installer. Ok, je fais. Et je repars pour la route de gravillon en brousse, une expérience nouvelle pour moi. Je pense très fort à ces moments de préparation à la compétition, à et à tous ceux que j’ai côtoyés durant ces bons moments. Je suis au travail à la carte et en même temps, je suis obligée de lutter contre un vent ¾ travers terrible et ses turbulences.



Quand j’arrive, très tard vers Sudbury, je découvre une très grande région minière, des mines de nickel. A Coniston, je découvre une piste noire car elle est située sur un site industriel. Quand je cherche la manche à air, je découvre que sur chacune des quatre pistes, avec le numéro, il est inscrit : PRIVATE ! Je n’ai pas d’autre solution que l’aéroport local, les autres aéroports sont trop éloignés pour moi, j’ai déjà près de six heures de vol, je suis fatiguée et il me faudrait au moins 1h30 de plus pour arriver plus loin, revenir sur mes pas n’apporte rien non plus, à droite peut-être mais c’est aussi une bonne heure et pas sur ma route.

Donc, j’atterrie à Sudbury, Je fais le plein, je descends l’aile de Charlie parce que le vent reste très fort. Je l’attache et je téléphone à Dyane. En attendant, j’appelle Céline. Dyane arrive et nous allons diner au restaurant, j’ai faim, je suis fatiguée, courbaturée dans les bras, le dos, les abdominaux. Remèdes, bon repas, douche très chaude et aspirine.

Chez Dyane, je fais connaissance avec ses deux grands chats noirs qui sont perdus dans son nouvel appartement. Je dors dans le canapé, d’un repos réparateur.

  • Wednesday, September 2 - Marathon / Sudbury - 610 km - 5:30

Yesterday, Gilles, we took the time to prepare my way. In fact, I thought through the north, back on the road Timmins. But yesterday, Gilles has experience accompanying Dyane (when I passed the first time, Dyane had led a hike to discover a Moose) in Sudbury, where she found her new job. They followed routes shorter bush and came back by bus. He has observed the road and was sure I could follow, it would be faster. So I prepared my way, comparing, searching for places where I can refuel because I remain very cautious in thinking that I am still able to change my way, back on my feet any where I would find unfavorable weather conditions. With experience, the confidence I have in Gilles, I decided to take this road and this morning, I prepare my GPS with landmarks associated with road crossings, just as I learned in the preparation to competition in May With Diane, I followed a path prepared by George and Lawrence, there is me who should invent the plot.

The road that I follow today are so small on my card that they have no number. But I must be rigorous, the bush gives a great sense of isolation. The goal for the day is to find Dyane in his new apartment in Sudbury. When I’m ready, Julie accompanies me to the airport where we found many people to simply be present for my departure. I prepare and Charlie are the warm goodbye under a generous sun.

My flight starts from a wind that pushes me valiantly turbulence despite the enormous blue sky. Cumulus clouds begin to grow. I must continually compensate left. It’s cold, is the influence of Lake Superior and the altitude. At Wawa, everything goes well, they remember me and a young intern who speaks French greets me effectively. I’m full, I am concerned about the airport in the Sudbury area as it exists on official documents but my GPS does not know. They are formal, we check on the flight supplements (maps by VAC) not worry, the airport Coniston exist, they advise me to take the GPS coordinates and install them. Ok, I do. And I go back to the gravel road into the bush, a new experience for me. I feel very strong these moments of preparation for the competition, and everyone I knew him during these moments. I’m at work at the map and at the same time, I am obliged to fight against a terrible wind and ¾ through its turbulence.

When I arrived very late to Sudbury, I discovered a very large mining area, mining of nickel. At Coniston, I discovered a black run because it is located on an industrial site. When I try the sock, I discovered that each of the four tracks, with the number, it is inscribed : PRIVATE ! I have no other solution than the local airport, other airports are too far for me, I already almost six hours, I’m tired and I should at least 1:30 to get more more far back on my feet does nothing, right perhaps, but it is also a good time and not on my route.

So, I landed in Sudbury, I’m full, I go down the wing of Charlie because the wind is very strong. I attached the phone and I Dyane. Meanwhile, call Celine. Dyane arrives and we will dine in the restaurant, I am hungry, I’m tired, aching in the arms, back, abs. Remedies, good meal, hot shower and aspirin.

In Dyane, I know his two great black cats that are lost in his new apartment. I sleep on the sofa, a refreshing rest.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
193360 depuis le début
288 visiteurs actuellement connectés