Etape 15 - mardi 11 août

jeudi 13 août 2009
par  Céline
popularité : 100%

  • mardi 11 août.

Réveil 5h, il fait nuit noire. Nouveau réveil à 6h30, premières lueurs, le ciel parait complètement bouché sauf à l’horizon vers l’Est où le rose apparait. Je me prépare, on ne sait jamais. A 7h il pleut !

Retour au camp vers 10h. Météo en tous sens, anglais, français, officiel, copains de copains, etc ; Ken et Gary font très fort. Nous sommes tous rassurés, je peux y aller, il fera beau les prochaines trois heures et c’est sans vent dans les vallées jusqu’à Golden, point que je me suis fixé, 300 km. Préparation, accueil de journalistes locaux, au-revoir chaleureux, et c’est parti. Il est déjà tard mais le ciel commence juste à s’améliorer.


Rocky se trouve à environ 50km du premier col à franchir. J’ai vraiment la sensation que c’est une porte. Avant, il n’y avait pas de montagnes, après, ce n’est que cela ! si le col est restreint, la vallée derrière semble large. La forêt a refait son apparition sans discontinuer. J’ai renoué avec la tradition du vol en suivi de High Way, aujourd’hui, c’est la 11.

Je suis la rivière Saskatchewan, celle que j’avais croisée deux fois et suivie après North Battleford, c’est une de celles qui coulent vers le nord. Là, elle est naissante donc beaucoup plus petite. J’ai hâte de trouver sa source, de l’autre côté du Lake Abraham.

Mais si au départ je suis étonnée de trouver un petit vent de dos à 15 km/h quand même, là, tout de suite après le col, le vent se renforce et se présente de face à 40 puis 50 km/h. A certains moments c’est la lutte. Ce ne sont même plus des châtaignes mais carrément des pétards qui m’assaillent. Ok, je vole au soleil, mais ça n’empêche pas que le vario accuse des -5 et +4, que la barre saute de droite à gauche et pendant ce temps, les parois rocheuses se rapprochent brusquement avec un virage de 90° et je peine beaucoup à la ramener cette barre !


Je découvre que le gps a une symbolique en noir et rouge pour les parois ! Sur le Lac Abraham, les vagues écument. J’ai à peine le temps de le découvrir, pourtant l’endroit est magnifique. Le lac est turquoise, les roches claires, un peu de neige est déjà là, accrochée sur un piton, le relief est géant.

Tournant après tournant, ma vitesse diminue jusqu’à 60 km/h. Et je n’ai volé qu’une heure vingt. Un rapide coup d’œil à la carte que je continue de porter sur la jambe gauche, entre deux pétards, je n’en suis pas à la moitié de la route à faire avec cette orientation et ça se resserre beaucoup après, je vais même être dans des rouleaux d’ici pas longtemps. C’est une lutte de tous les instants, je ne peux même plus faire de photos et je ressens de la fatigue dans les doigts, les poignets, les coudes ! Pendant ce temps, je perds 200m d’altitude en peu de temps et je n’arrive pas à les regagner. Je tente de joindre par radio la base héliport de Cline River où je sais trouver un pilote Québécois, mais je n’arrive pas à avoir de réponse alors que je l’ai juste dépassée de quelques km. Elle est à 4500 ft environ, il m’a dit pas plus de 8000 ft, je suis à 5400 ft. Ce n’est pas beaucoup. Pendant ce temps, un avion profite de l’élargissement pour me doubler, en me contournant à la même altitude et s’enfile dans une petite vallée qui grimpe.


Physiquement, vais-je pouvoir continuer à lutter, combien de temps, comment se fait l’atterrissage dans des conditions pareilles ? Quant à l’essence, je suis partie avec le plein, mais 50 km de face, c’est le double de temps, multiplié par quelle proportion de la route ?

Le petit mot de Rick me revient, je pense à plein de choses et à ceux qui ont de l’importance pour moi et pour qui j’en ai aussi. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, je décide de faire demi-tour puisque le lac est large à cet endroit. Il ne faut pas tarder, au prochain tournant, ça se resserre. J’engage mon virage, encore une châtaigne, et je repars d’où je viens. J’ai le turbo à l’arrière avec mes 50 km/h de vent qui me poussent jusqu’à 158. Mais c’est relativement plus tranquille aussi. Je reste très vigilante, parce que là, en plus des surprises, j’aurai celle de la vitesse de rapprochement des parois qui a triplé.

Dommage, c’est du temps, de l’essence perdus, mais c’était tellement beau. Blessure d’humilité ? Je saurai me contenter de la fierté d’avoir su arrêter sans arriver à ce qu’il soit trop tard.

August 11

5h clock, it’s dark black. New alarm clock at 6:30, first light, the sky appears completely blocked except on the horizon to the east where the rose appears. I prepare, you never know. At 7am it rains !

Back to camp at 10am. Weather in all directions, English, french, official, buddies buddies, etc. Ken and Gary are very strong. We all feel, I can go, he will fine the next three hours and is no wind in the valleys to Golden, and I have set myself, 300 km. Preparation, host of local journalists, the warm farewell, and go. It is already late but the sky just beginning to improve.

Rocky is about 50km of the first pass through. I really feel that this is a door. Before, there were no mountains, after, this is it ! if the neck is narrow valley behind seems large. The forest has re-emerged it. I returned to the tradition of flight followed by High Way, today is 11. I am the Saskatchewan River, that I had crossed twice and followed a North Battleford is one of those flowing north. Here, it is emerging is much smaller. I look forward to find its source, on the other side of Lake Abraham.

But if I am initially surprised to find a little wind at 15 km / h anyway, then, immediately after the pass, the wind is increasing and appears to deal with 40 and 50 km / h. At times it is the struggle. These are even more chestnuts but carrément firecrackers that m’assaillent. Ok, I fly to the sun, but it does not mean that the vario accuses -5 and 4, the bar jumps from right to left and during that time, the rock suddenly close with a turn of 90 ° and I hardly bring much to this bar ! I find that the gps has a symbolic black and red for the walls ! On Lake Abraham, waves écument. I barely have time to discover, yet the place is beautiful. The lake is turquoise, clear rocks, a little snow is already there, hanging on a peg, the relief is huge.

Turn after turn, my speed decreases to 60 km / h. And I stole an hour twenty. A quick glance at the map that I still wear on the left leg, between two crackers, I’m not half the way to go with this direction and it tightens much later, I’ll be in rolls no longer here. It is a struggle all the time, I can not even make photos and I feel fatigue in the fingers, wrists, elbows ! Meanwhile, I lose 200m in altitude in a short time and am unable to return. I try to attach the radio Cline River Heliport know where I find a driver Quebecois, but I can not have answers as I’ve just expired a few km. It is about 4500 ft, he said no more than 8,000 ft, I’m at 5400 ft. This is not much. Meanwhile, a plane benefits of enlargement for me double, bypassing me at the same altitude and s’enfile in a small valley climbing. Physically, can I continue to fight, how long, how is the landing in such conditions ? As for gasoline, I left with full, but 50 km from the front is double time, multiplied by how much of the road ?

The word to me Rick, I think of lots of things and those who are important to me and that I have too. It’s not worth the candle, I decided to turn around since the lake is wide at this location. We must not delay the next turn, it is narrowing. I urge my turn, another chestnut, and I go back where I come from. I have the turbo in the back with my 50 km / h winds that drive me up to 158. But it is also relatively quiet. I remain very vigilant, because there, in addition to the surprises that I have the speed of approximation of the walls has tripled.

Injury, time, gasoline lost but it was so beautiful. Injury of humility ? I will confine myself to the pride of having been able to stop without reaching that it is too late.


Commentaires

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 28 mai 2013

Publication

170 Articles
Aucun album photo
Aucune brève
Aucun site
5 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
194909 depuis le début
200 visiteurs actuellement connectés